Maxime Machenaud - Toulouse racing - 9 août 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Racing: La menace Machenaud

Racing: La menace Machenaud

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/08/2012 à 18:10 -
Par Rugbyrama - Le 10/08/2012 à 18:10
Maxime Machenaud vient de voir sa carrière s’accélérer. A grands coups de transfert dans un club visant les phases finales sans oublier sa sélection en Argentine qui lui a permis de gagner en notoriété. Il s’est confié au site de son club, le Racing-Metro et pourrait s’imposer en Bleu cette année.

Il y a un an, Maxime Machenaud était encore cet espoir. Celui qui, s’il ne s’imposait pas, n’aurait pas ému grand monde. Depuis, il s’en est passé. Une saison seulement. Mais une grande saison qui l’a fait grimper au statut de candidat crédible au poste de demi de mêlée pour diriger les avants du XV de France. Carrément. Pour clôturer une saison lors de laquelle il a confirmé les espoirs placés en lui, il s’est offert une virée enivrante en Argentine où il confirma ses qualités tant dans sa capacité à accélérer le jeu, à le fluidifier en trouvant dans le bon timing son ouvreur d’alors (Michalak), sans oublier un jeu au pied rompu aux joutes modernes.

Lui s’efface derrière l’adage "au bon endroit, au bon moment": "J’ai eu la chance d'être aligné avec Frédéric Michalak et ça a bien marché. Il faut dire que l’on a dominé devant et que ça a été plus facile pour moi. La vie est faite d’opportunités. Il faut juste savoir les saisir". De telles dispositions ont forcément aiguisé l’appétit des gloutons de notre Top 14. Le Racing l’a signé. A son plus grand bonheur. "C’est le niveau qui est au-dessus avec notamment la possibilité de jouer la H Cup. Quand je voyais les matchs à la télé, je me disais que c’était autre chose. C’est un niveau qui se rapproche du niveau international et pour progresser je pense qu’il n’y a pas mieux".

Les armes pour lutter avec les Parra, Yachvili, Tillous-Borde...

Progresser, voilà le credo dans lequel s’est engoncé l’ancien Bordelo-Bèglais et Agenais. Mais plus que de progresser, il doit, à 23 ans, continuer à s’affirmer. Certes, les Pumas apprivoisés en juin n’avaient pas tout à fait l’étoffe de l’adversité qui lui sera proposée en H Cup. Le Munster, les Saracens et Edimbourg constituent en ce sens une solide base pour s’étalonner à l’échelle continentale. Sur le plan domestique, il dispose dorénavant d’une écurie (sans faire injure à Agen) pouvant l’aider dans sa lutte à distance avec les Parra, Yachvili, Tillous-Borde voire Lacrampe.

Lui prend les choses dans l’ordre. Car en son sein, le Racing dispose de Sébastien Descons, qui s’est révélé sur le tard mais fait définitivement l’affaire en Top 14. "Je ne viens surtout pas en me disant que je serai numéro 1. L’idée est que, à chaque fois que je serai aligné, je produise une bonne performance. J’ai trop de respect pour mes coéquipiers à mon poste. Comme je dis souvent: à chaque fois que l’on arrive dans un nouveau club, il faut repartir de zéro. On ne peut pas se dire que parce que l’on a été bon l’année précédente, on le sera forcément la saison suivante. Le sport de haut niveau est une perpétuelle remise en question". Rien ne dit qu’il confirmera ou non sa première grosse saison mais Maxime Machenaud présente déjà le mental d’un grand. Tout oublier pour aller toujours plus haut. Le Racing de Jacky Lorenzetti n’attend que ça.