Frederic MICHALAK 3 - montpellier toulon - 14 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Michalak: "Il n’y a pas de saison parfaite"

Michalak: "Il n’y a pas de saison parfaite"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/09/2012 à 18:14 -
Par Rugbyrama - Le 20/09/2012 à 18:14
Dans une interview diffusée sur le site de Toulon, Frédéric Michalak est revenu sur le début de saison tonitruant de son club et a évoqué son cas personnel. Humble et prudent, le polyvalent demi ne cache pas son bonheur pour autant...

Le club de Toulon vient d’enchaîner cinq victoires en autant de rencontres. Une performance qui n’était plus arrivée en Top 14 depuis 2008 et une série de six succès consécutifs du côté du Stade français. Sur le site du RCT, Frédéric Michalak s’est réjoui de ce bon départ: "Je suis satisfait de l’état d’esprit. Même si la manière n’est pas toujours au rendez-vous, nous l’emportons à la fin, ce qui démontre que les joueurs ne lâchent rien !" Auteur d’une prestation très remarquée le week-end dernier à Montpellier, où il suppléait Jonny Wilkinson à l’ouverture, l’ancien Toulousain est bien conscient que tout n’est pas gagné d’avance pour Toulon: "J’ai déjà vécu des très bons débuts de saison comme celui-ci, mais il n’y a pas de saison parfaite. Celle si, comme toutes les autres, sera faite de hauts et de bas. Pour l’instant, nous arrivons à gagner nos matchs, il ne faut pas trop se poser de questions sur l’avenir. Si nous sommes qualifiés pour les phases finales et que nous avons un coup à jouer, cela sera génial mais il faut prendre les rencontres les une après les autres".

Une saison très longue

Même si ce n’est pas l’expérience qui manque sur les bords de la rade, la méfiance de Frédéric Michalak, double champion de France et triple champion d’Europe avec le Stade toulousain, pourrait s’avérer utile à un effectif pléthorique en qualité mais limité en quantité (27 contrats pros, ndlr.): "Le Top 14 est extrêmement long et en Coupe d’Europe il faut gagner tous les matchs si l’on veut aller loin. La saison est bien plus contraignante qu’en Afrique du Sud, par exemple", a-t-il constaté. Concernant la charnière, lui et ses "concurrents" au poste de demi de mêlée ou d’ouvreur devraient cependant bénéficier d’un turnover leur permettant de souffler. Bien fournis avec Durand, Tillous-Bordes, Michalak et Wilkinson ou encore Giteau, le staff toulonnais dispose en effet de plusieurs solutions interchangeables.

Interrogé sur son cas personnel, l’homme aux 56 sélections sous le maillot tricolore s’est dit heureux de sa vie dans le Var: "Je me sens bien dans ce club et avec mes partenaires. Je prends le plus de plaisir possible. J’ai vraiment apprécié le fait de rentrer progressivement dans l’équipe et d’avoir eu le temps d’apprendre les schémas de jeu. J’ai aussi trouvé une maison ici, après avoir vécu chez Nicolas Durand avec ma femme et mon fils". Avant de préciser, sourire aux lèvres, qu’il allait inscrire ce dernier au concours de cuisine Masterchef, vu les talents culinaires de l’ancien Catalan…