Top 14

Olly Barkley découvre le Racing

Engagé en tant que joker médical de Jonathan Wisniewski, l’ouvreur international anglais, Olly Barkley, effectue ses premiers pas dans son nouveau club, le Racing. Et reconnaît volontiers qu’il est encore étonné de jouer en France.

 
Olly Barkley au Racing - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Joker médical ne rime pas toujours avec star internationale. Au Racing, si. Pressé de trouver un joueur pour remplacer l’ouvreur Jonathan Wisnieski (hernie discale) et l’arrière Benjamin Dambielle (rupture des ligaments croisés d’un genou), foudroyés par de graves blessures, le président Jacky Lorenzetti a ramené un gros poisson dans ses filets. Comme Midi Olympique vous l’avait annoncé dans son édition du 17 septembre dernier, celui-ci se nomme Olly. Olly Barkley, international du XV de Sa Majesté, qui compte 23 sélections avec l’Angleterre. Une arrivée annoncée, mais qui garde, dans l’esprit du principal intéressé, un caractère improbable. Comme parachuté à la conférence de presse organisée par le club pour le présenter à la presse, l’ouvreur anglais reconnaissait que "les deux dernières semaines ont été étranges. Au début, je n’ai pas pris la proposition du Racing au sérieux. Je pensais vraiment finir ma saison avec Bath. Et puis j’ai réalisé que c’était une opportunité à ne pas rater. J’ai fini par être convaincu de mon choix après une longue discussion avec l’entraîneur, Gonzalo Quesada, et la visite du tout dernier centre d’entraînement, dimanche dernier."

Sur le terrain contre Montpellier ?

In fine, l’international a pris une décision rapide. Pour autant, le club francilien n’était pas vraiment dans l’urgence, comme l’expliquait Gonzalo Quesada lors de la conférence de presse : "Nous avions déjà Mathieu Belie, qui est un très bon joueur au poste d’ouvreur : de fait, nous n’étions pas dans l’urgence. Je ne voulais pas quelqu’un pour faire le nombre. Il nous fallait quelqu’un qui nous apporte en qualité. Olly remplissait tous ces critères : j’avais d’excellents retours sur l’homme, et je connaissais déjà les qualités du joueur. Il va nous apporter une plus-value". Barkley, quand à lui, se félicite de son choix : "De toute évidence, le Racing possède de grandes ambitions : le futur stade, ainsi que le nouveau centre d’entraînement en témoignent. Ce club avance vite depuis qu’il a rejoint l’élite il y a deux ans".

Bref, les deux parties semblent comblées. Et si l’on célébrait cette union publiquement, sur un terrain de rugby ? Autrement dit, le public du Racing peut-il nourrir l’espoir de voir sa nouvelle star évoluer à Colombes dès ce week-end ? La réponse est oui, même si Quesada se veut prudent à ce sujet : "On ne sait pas encore comment les blessures des autres joueurs vont évoluer. Il va passer un test d’effort, et sera de retour avec nous ce jeudi. Bien sûr, il n’attaquera pas le match : ce ne serait pas lui rendre service. Alors pourquoi pas ne l’intégrer ? On essaye d’aller doucement, et nous allons trouver un moment pour discuter en détail du plan de jeu. On ne veut pas lui ajouter de la pression en faisant preuve de précipitation". Wait and see, comme on dit Outre-Manche.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |