Top 14

Landreau: "Grenoble a pris une belle fessée"

Le constat lucide de Landreau, la déception de Giraud et les joies de Prosper, Novès et Delpoux... Retrouvez les phrases marquantes de la 16e journée.

 
Landreau: "Grenoble a pris une belle fessée" - Rugby - Top 14
 

Laurent Labit (coentraîneur de Castres): "On a fait beaucoup trop de fautes et rendu trop de ballons pour pouvoir l'emporter. Bayonne a su en profiter. On voulait mieux faire avant la coupure, on avait préparé ce match en amont, malheureusement on a échoué dans notre mission. Mais on n'est pas dans le dur pour autant".

Marc Giraud (troisième ligne d'Agen): "C'est rageant car c'est une nouvelle défaite à domicile. Agen méritait mieux. A quatorze contre quinze, on a fait preuve de beaucoup de solidarité pour ne pas lâcher. Cette équipe a une âme et un gros coeur. Maintenant il faut gagner des matches. c'est râlant de dire toujours qu'on est pas loin, il faut engranger des points. Et le plus vite possible si on veut s'en sortir, si on veut sauver notre peau en Top 14. On en a les moyens."

Fabrice Landreau (manager de Grenoble): "Félicitations aux Parisiens. Ils ont fait un match constant, régulier. Ils ont su se nourrir de nos multiples erreurs ce soir. A part nos 6 premiers points dans le premier quart d'heure, on a pris un cinglant 35-0. On vient de prendre une belle fessée. On avait pour ambition de ramener au minimum un point donc c'est une déception. Ca nous remet aussi les pieds sur terre et j'espère que cette claque va nous permettre d'avancer de nouveau."

Stéphane Prosper (entraîneur des trois-quarts de Mont-de-Marsan): "Prendre un point de bonus à Toulon, pour nous, ça s'apparente à une victoire. Lors des vingt dernières minutes, on les a sentis dans le doute et en fin de match, il aurait pu se passer un truc, mais ça aurait été exagéré ! On a réussi à faire douter les Toulonnais tout en maintenant notre qualité de jeu. C'est intéressant pour la suite. Ce point n'était pas prévu dans notre tableau de marche mais on ne va rien lâcher. On va essayer de mettre le bordel en bas de tableau !".

Marc Delpoux (directeur du rugby de Perpignan): "On avait tout de suite vu qu'on était trop vite au sol et qu'aucun de nos ballons ne sortait rapidement. Il fallait que les déblayages soient plus rapides et plus puissants pour s'en sortir. On leur a dit à la mi-temps de mettre un peu plus de folie dans le jeu. En jouant à leur rythme, on n'allait pas gagner. Je suis fier: il y a trois cadors dans ce championnat, Toulouse, Toulon et Clermont, on a pris un bonus offensif contre Toulouse, un défensif contre Toulon et on a gagné contre Clermont à domicile. Il n'y aura pas beaucoup d'équipes en France qui feront les mêmes résultats. Maintenant, il faut chaque semaine gagner un point pour nous rapprocher de la Coupe d'Europe. On connaît notre objectif, ce sera dans 15 jours à Bayonne où il faudra être du bon côté, mais chaque match est différent. Laissons-nous savourer et nous ne pencherons sur la suite".

Vern Cotter (entraineur de Clermont): "Je ne vais trouver des excuses, je regarde les choses comme elles sont. Je constate qu'on n'a pas pu contrôler la partie. On passe devant deux fois et on n'arrive pas à maîtriser le jeu. A la fin on perd notre structure et forcément avec son énergie, l'équipe de Perpignan reprend le fil de la partie avec pas mal de réalisme. Le résultat est logique même si je regrette l'essai qui n'est pas accordé en première mi-temps (à Debaty, ndlr). Vu notre prestation, le résultat est logique, il va falloir revenir sur les bases".

Camille Gérondeau (troisième ligne du Racing-Métro): "C'était un peu particulier pour certains d'entre nous car on était passé par ce club, mais on est des professionnels et arrivé le jour J, on fait abstraction de tout cela. On avait des objectifs, dont la victoire; on l'a atteint, on va partir en vacances la tête un peu plus sereine. Le bonheur des uns fait le malheur des autres, j'espère que l'Union, qui m'est cher, arrivera à se sauver par la suite. On s'est appuyé sur une grosse défense, cela s'est vu pendant le match, c'est vrai que l'on a fait quelques fautes idiotes surtout en première mi-temps où on a été énormément pénalisés. On a fait le point à la mi-temps, on a essayé de rectifier tout ça, mais on a pris un carton sur une faute de jeu. Eux ont plus souffert que nous quand ils étaient en infériorité numérique, nous on a su saisir notre chance. Ils ont eu du mal à nous franchir et au final, on les a décrochés. On savait que l'Union s'appuyait beaucoup sur le jeu debout, même au ras, ils essayaient souvent de repartir. On a manqué de réaction en première période, on s'est bien rattrapé sur ça en deuxième".

Guy Novès (manager de Toulouse): " On est satisfait de la victoire. On a eu l'impression que ce serait très facile car on fait un début de match fantastique mais on s'est rendu compte très vite que Biarritz était venu avec des intentions. On s'est retrouvé dans la situation que nous avions prévu. Les garçons se sont accrochés jusqu'au bout malgré la fatigue. C'est une victoire acquise avec beaucoup de difficultés face à un très bon adversaire. Nous sommes seconds mais c'est totalement anecdotique à ce stade de la saison même si c'est toujours mieux que d'être septièmes".

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |