Top 14

Demi-finale Top 14 2013, ASM-CO, Clermont: Soigner le mal par les mots


Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/05/2013 à 16:06 -
Par Rugbyrama - Le 22/05/2013 à 16:06
Clermont: Soigner le mal par les motsLe capitaine clermontois, Aurélien Rougerie, se doit de trouver les mots pour remotiver ses troupes avant la demi-finale du Top 14 contre Castres. Auteur d'une saison impressionante, l'ASMCA est contrainte de conjurer le sort d'une nouvelle défaite en finale. Avec pour seule thérapie, la victoire.
 

Des finales, le centre clermontois, Aurélien Rougerie, en a perdu à de nombreuses reprises. Toutefois, même si la dernière en date est toujours la plus dure à avaler, ce n’est pas pour cette raison que ses coéquipiers ont paru désemparé au coup de sifflet final. Car, pour une fois, Clermont était favori. Capitaine du navire, Rougerie va devoir trouver les mots pour mener son équipe vers une nouvelle finale : celle du Top 14.

Sortis victorieux en 2010 (victoire contre Perpignan, 19-6) après dix échecs consécutifs en finale du championnat, les hommes de Vern Cotter semblaient avoir enrayé cette mauvaise habitude. Seulement voilà, Toulon a une nouvelle fois rappelé l’ASMCA à ses mauvais souvenirs en emportant la H Cup le week-end dernier au terme d’une rencontre quasi-intégralement maîtrisée par les asémistes. Forcément affecté par cette nouvelle désillusion, du haut de ses 32 ans et ses 76 sélections, Aurélien Rougerie a pourtant avoué être désemparé au moment de recentrer son groupe. Des mots ? "Pour dire vrai, je n’en avais pas… Ceux qui souhaitaient s’exprimer se sont exprimés. J’avais du mal, il y a ce sentiment de frustration, de déception. […] On est tous très affectés."

Repartir de l'avant

Seulement voilà. La saison n’est pas terminée pour autant. Et samedi se dresse la formation castraise sur la route de Clermont vers une nouvelle finale. Dans un tout autre état d’esprit. Porté par les internationaux français Samson, Claassen, Dulin et le nouvel appelé, l’ouvreur Talès, le CO semble surfer sur la bonne vague. En muselant les arrières pourtant endiablés de Montpellier, les joueurs du Tarn ont envoyé un signal fort à leurs futurs adversaires lors du barrage. Et Vern Cotter attend beaucoup de son capitaine pour redonner de l’allant à ses troupes : "Aurélien, c’est le symbole de Clermont. Il fédère tout le monde, il assure la cohésion. Il a les qualités d’un leader."

Mardi, c'est le deuxième ligne Julien Pierre, non aligné à Dublin mais probable titulaire contre Castres, qui a haussé la voix au début de l'entraînement afin de réveiller les esprits et les instincts de "tueur" des Clermontois, dont le principal défaut est, dixit Rougerie, de ne pas parvenir "à mettre la tête de notre adversaire sous l'eau. Il va falloir encore forger notre caractère, travailler, travailler, travailler..." Des mots donc, pour conjurer les maux et repartir de l'avant : "On a beaucoup parlé, beaucoup échangé entre nous, on va essayer de rebondir. [...] Je ne crois pas qu'on va se trahir." Et se donner le droit de disputer une seconde finale. Pour la gagner cette fois.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×