Pierre Bernard - Castres Bayonne - 1 septembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bernard: "Castres doit avoir des ambitions de jeu"

Bernard: "Castres doit avoir des ambitions de jeu"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/09/2012 à 10:20 -
Par Rugbyrama - Le 03/09/2012 à 10:20
Les Castrais ont décroché, samedi, une convaincante victoire face à Bayonne. Le CO se trouve sur une phase ascendante et confirme ses ambitions. L'ouvreur Pierre Bernard, en forme pour sa première titularisation de la saison, dresse un premier bilan de l'entame de championnat de son équipe.

Estimez-vous votre mission accomplie avec cette nette victoire face à un possible rival pour la qualification ?

Pierre BERNARD: Tout le monde savait que cette équipe de Bayonne venait à Castres avec des intentions, cela avait déjà été le cas lors du match de l'an passé. L'équipe a réussi à bien gagner ce match, même si ça aurait pu être mieux. Mais ces quatre points sont déjà importants.

Quel premier bilan tirez-vous après la courte défaite à Toulouse et les deux victoires à domicile, aux portes du bonus offensif ?

P.B: Le problème, c'est que nous ne les avons pas. Mais le plus important était de gagner ces deux matchs à domicile. Nous avons tout de même perdu un point de bonus la semaine dernière, il faudra le rattraper. Car nos concurrents sont nombreux. Nous sommes satisfaits de la progression du groupe mais c'est important de prendre ces bonus. Ces points peuvent compter à la fin.

Comment, en tant qu'ouvreur, appréhendez-vous les nouvelles lignes du projet de jeu, à base de mobilité et de rythme ?

P.B: On en profite tant que les bonnes conditions sont réunies pour proposer un jeu attractif et intéressant, un bon jeu de mouvement, pour prendre le dessus sur l'adversaire. Il y a encore du déchet et de nombreuses imperfections. A nous de travailler pour en avoir moins. On sait que pour terminer dans les six premiers, il faut avoir des ambitions de jeu et non pas se restreindre à une bonne défense et à un bon jeu au pied.

Vous avez dû attendre la troisième journée pour être titularisé. Comment avez-vous vécu votre retour dans le XV de départ ?

P.B: Cela fait du bien de jouer, j'avais un peu des fourmis dans les jambes. C'est la concurrence qui veut ça et ça fait du bien. Tout le monde a les mêmes repères, c'est à nous de nous mettre au niveau de nos coéquipiers pour valider le projet de jeu. Ca ne passe que par là si l'équipe veut réussir une grosse saison.

Comment s'est passée votre première association avec Daniel Kirkpatrick, positionné en centre ?

P.B: En jouant avec Dan, on s'appuie sur un cinq-huitième. C'est intéressant dans notre jeu de mouvement. Il peut parfois se positionner en 10 et je peux me décaler en 12. Il y a une bonne adaptation et une bonne intégration.

Vous vous déplacez au Stade français, samedi. Un gros défi vous y attend...

P.B: Oui, c'est une très grosse équipe à domicile, ça fait trois ans que nous en faisons les frais. Il va falloir encore mieux se préparer pour être dans de bonnes conditions et un peu plus les inquiéter. Toutes les équipes ont du mal à Paris, il n'y a pas que nous. Ils ont des grosses individualités et dès qu'ils sont chez eux, ils se surpassent et jouent à un très bon niveau.