Caballero - Janvier 2012 - Castres - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Caballero: "Castres ne peut se permettre un nouvel accroc"

Caballero: "Castres ne peut se permettre un nouvel accroc"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/01/2013 à 15:15 -
Par Rugbyrama - Le 23/01/2013 à 15:15
Avant le déplacement à Bayonne, le troisième ligne du CO Yannick Caballero (29 ans) évoque une rencontre périlleuse, avec l’obligation de relever la tête.
 

Comment le CO a-t-il digéré le revers face à l’Ulster?

Yannick CABALLERO: Bien, on est passé à autre chose. Ce match ne se joue pas à grand chose mais au final on perd à domicile, une nouvelle fois. Notre déplacement à Bayonne est très important pour nous. On va dire que nos mésaventures sont terminées. À nous de remettre la victoire en marche.

Castres est parti ce matin avec un groupe élargi de 33 joueurs en direction du pays Basque, à Anglet. Comment se passe ce stage ? A quoi sert-il ?

Y.C.: Stage, c’est un bien grand mot. On est partis tous ensemble, les joueurs mais aussi ceux qui sont blessés ou suspendus. On doit discuter entre nous, grandir un peu plus. On a besoin de se ressouder, de se retrouver. Ça va nous permettre de nous resserrer. Il faut effacer la mauvaise passe que l’on traverse et marquer les points lorsqu’ils se présentent à nous.

Le match à Bayonne est-il un tournant de la saison?

Y.C.: Oui, on est venu pour gagner. Après un bon début de saison, on coince un petit peu lors des phases retours. Les matchs contre Toulouse et à Grenoble ne nous ont pas souris. Il faut faire quelque chose ici au Pays basque. Castres ne peut pas se permettre un nouvel accroc.

Quel regard portez-vous sur votre prochain adversaire?

Y.C.: C’est une belle équipe, le Challenge leur a permis de faire tourner. Après des passages difficiles en championnat aussi, nul doute qu’ils auront préparé ce match comme il se doit. On s’attend à être bien reçus. Les Bayonnais seront prêts. Il va falloir se méfier.

D’autant plus que les conditions climatiques annoncées ne semblent pas propices aux grandes envolées...

Y.C.: Oui (rires). Un temps typique d’hiver basque. Il a beaucoup plu ces dernières semaines et ces derniers jours au pays Basque, cela ne va pas favoriser le beau jeu c’est certain. Un beau combat d’avants en perspective nous attend.

A titre personnel, comment se passe cette saison?

Y.C.: Bien, je suis plutôt satisfait. Maintenant je suis content d’être de retour dans le groupe avec les copains (après avoir été laissé au repos le week-end dernier, N.D.L.R.).