Equipe d'Agen - perpignan - 30 novembre 2012 - Icon Sport
 
Top 14

Agen: Les joueurs engagent le bras de fer avec le club

Agen: Les joueurs engagent le bras de fer avec le club

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/05/2013 à 18:34 -
Par Midi Olympique - Le 02/05/2013 à 18:34
Relégué en Pro D2, le club lot-et-garonnais pensait avoir démontré de belles valeurs en battant Perpignan (23-15) il y a deux semaines pour les adieux d’Armandie au Top 14. Mais une nouvelle crise vient secouer le club Bleu et Blanc. Les joueurs ont décidé de rentrer en grève contre le club. Les dirigeants n’auraient pas rempli certains engagements financiers à leur égard.
 

A deux jours du dernier match de la saison, les joueurs agenais ne se sont pas présentés sur le terrain ce jeudi. Surprise et étonnement donc au pays du pruneau. Après la triste nouvelle de la relégation sportive du club, une nouvelle crise secoue le SUALG. C’est ce jeudi matin, au lendemain de la fête du travail, haut lieu des défenseurs du droit de grève et de l’opposition au patronat, que les joueurs agenais ont décidé d’entrer en grève à la suite d’un désaccords avec leurs dirigeants.

Des désaccords d’ordre financier

Dans un communiqué du club, il apparaît que les divergences entre les joueurs et les dirigeants agenais sont d’ordre financier. En début de saison, le club et les joueurs s’étaient fixés certains objectifs calqués sur l’exercice précédent : "le maintien de l’équipe professionnelle en Top 14, l’atteinte d’un chiffre d’affaires abonnement et recettes billetterie et l’obtention de recettes commerciales partenaires", dixit le communiqué. Mais la pâle copie rendue par les joueurs de Philippe Sella n’a pas permis au Conseil d’Administration du club de valider un seul de ces engagements. L’accord d’intéressement mis en place depuis six ans entre le club et ses joueurs est donc tombé à l’eau. C’est à partir de là que les divergences sont apparues. Les joueurs soutiennent que la présidence du club leur aurait promis de leur reverser les parts de leur salaires placées sur des plans d’intéressement (plan d’épargne entreprise). Mais le club d’Agen refuse de payer des bonus à ses joueurs qui n’ont pas rempli les engagements pris en début de saison.

Les dirigeants agenais ont promis de rencontrer les joueurs pour leur expliquer la situation mais ces derniers attendent plutôt une réponse claire du président Alain Tingaud. Ils ont d’ailleurs saisi le syndicat de joueurs Provale, avec qui ils étaient en réunion téléphonique dans l'après-midi. Des suites de cette réunion dépendra la poursuite de la grève. C’est donc une véritable lutte syndicale qui s’engage en Lot-et-Garonne, en espérant que l'exemple de Knysnsa, cher aux footballeurs français, ne vienne pas détériorer l’image que les joueurs veulent donner à leur mouvement social. La présence de Jean Monribot et des siens sur la pelouse de Mayol pourrait donc être fortement remise en question. C’est du moins une menace brandie par les joueurs du SUALG. Agen est désormais suspendu à la décision du président Tingaud. A l’heure où nous écrivons ces lignes, aucun membre du club n’a souhaité répondre à nos questions.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

Votre dose de sport quotidienne livrée tous les matins dans votre boîte mail

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×