Morgan Parra - 05.05.2012 - Castres / Clermont - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Parra: "Ca réveille quelques souvenirs..."

Parra: "Ca réveille quelques souvenirs..."

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 01/06/2012 à 13:28 -
Par Rugbyrama - Le 01/06/2012 à 13:28
Le demi de mêlée international de Clermont, Morgan Parra, n'a prêté qu'une oreille discrète au coup de bluff de Mourad Boudjellal, lequel déclarait mercredi matin que le RCT n'avait aucune chance de remporter sa demi-finale face à l'ASMCA dimanche...

Comment appréhendez-vous cette demi-finale ?

Morgan PARRA : On entre dans le vif du sujet. Cela s'est d'ailleurs ressenti à l'entraînement, où nous avons mis beaucoup d'intensité. Nous craignons cette équipe toulonnaise. Le RCT sera un adversaire redoutable. Nous les avions déjà affrontés en 2010, à ce stade de la compétition. Ca réveille quelques souvenirs, même si le contexte est différent, aujourd'hui.

Comment analysez-vous le quart de finale disputé par les Toulonnais face au Racing ?

M.P. : Ils ont eu du mal à s'imposer. Le Racing s'est montré solide et a posé beaucoup de problèmes aux Toulonnais. Mais ceux-ci ont su trouver les ressources pour s'imposer en fin de match.

Ces trois semaines de coupure vous ont-elles été bénéfiques ?

M.P. : Oui. Nous avions vraiment besoin de nous ressourcer physiquement et psychologiquement. Il fallait digérer la défaite face au Leinster. C'est désormais chose faite.

Quelles sont les forces de Toulon ?

M.P. : C'est une équipe agressive dans le combat, très forte au sol et en conquête. Elle s'appuie aussi sur plusieurs joueurs d'exception, comme Giteau, Wilkinson ou Botha. Ces joueurs là sont des bêtes de phase finale. Ils seront prêts pour ce genre de défi.

Mourad Boudjellal, le président toulonnais, déclarait mercredi matin que son équipe avait 0 % de chance de l'emporter en demi-finale. Qu'en pensez-vous ?

M.P. : Si nous sommes favoris, nous assumerons ce statut jusqu'au bout. Mais à mon sens, c'est vraiment du 50 /50.

Toulouse est-il le lieu idéal pour disputer ce match ?

M.P. : C'est une grosse ville de rugby. Je regrette simplement qu'il y ait si peu de billets (4000, N.D.L.R.) mis à disposition de nos supporters. Il y aura des déçus.

Les douze séances de cryothérapie auxquelles vous avez tous été soumis depuis trois semaines ont-elles été bénéfiques ?

M.P. : Je ne sais pas. Je vous le dirai après le match.