montage meilleures recrues top 14 - giteau mcalister armitage - 6 juillet 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Le Top 5 des meilleures recrues de la saison de Top 14

Le Top 5 des meilleures recrues de la saison de Top 14

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 06/07/2012 à 13:51 -
Par Rugbyrama - Le 06/07/2012 à 13:51
pour quatre d'entre eux, ils ont découvert notre championnat cette année et l’ont marqué de leurs performances. Rugbyrama vous propose de découvrir le Top 5 des meilleures recrues du Top 14 en 2011-2012.

1er: Luke McAlister (Stade toulousain, demi d’ouverture)

Venu pour remplacer David Skrela parti à Clerrmont, le Néo-Zélandais n’a pas vraiment eu de période d’acclimatation. À peine débarqué, l’ouvreur entrait en jeu dès la première journée de championnat, à Bayonne, avant de connaître sa première titularisation lors de la deuxième journée, à Lyon. Le résultat: quatre pénalités et une transformation passées. Il inscrira ce jour là quatorze des dix-neufs points de son équipe. Le Kiwi (30 sélections) a enchaîné par la suite les bonnes performances, enquillant les pénalités mais aussi les essais (trois au terme de l’exercice 2011-2012). Surtout, McAlister a éclaboussé de toute sa classe le championnat grâce à son sens de l'offensive. Ses crochets, ses prises d'intervalle et sa puissance ont permis aux Toulousains de jouer juste et de pouvoir évoluer en avançant. En phases finales, son assurance et sa précision face aux poteaux permettront à son équipe de franchir les obstacles castrais (24-15) et toulonnais (18-12). Avec 191 points inscrits durant la saison, il entre dans le Top 10 des meilleurs réalisateurs de l’élite. A cours sûr, le meilleur coup du mercato 2011.

2e: Matt Giteau (Toulon, centre)

Fraîchement arrivé d’Australie, Matt Giteau ne tarda pas à se mettre en évidence et justifier son statut de super-star du rugby international. Il a disputé son premier match en tant que titulaire contre Toulouse (défaite 33-12). Une semaine plus tard face auà Agen, sa complémentarité avec Jonny Wilkinson sauta aux yeux. Les Agenais sont étrillés (34-12). Bon défenseur malgré son petit gabarit (1m78, 85kg), il possède toute la panoplie parfaite du joueur complet. Performant au pied et à la main, il sait accélérer le jeu et distribue les caviars autour de lui. À partir de la quinzième journée, Giteau a disputé toutes les rencontres de son club en championnat. Une preuve de sa régularité au plus haut niveau.

3e: Steffon Armitage (Toulon, troisième ligne)

Arrivé sur la Rade sur la pointe des pieds après cinq ans chez les London Irish, l’Anglais n’aura pas mis longtemps à s’adapter à la douceur du climat varois. Pour sa première à Mayol, lors de la journée inaugurale, il plantait son premier essai sous les couleurs Rouge et Noir. En tout, il en inscrira sept cette saison, faisant de lui le sixième marqueur du championnat. Gros perforateur et très bon gratteur de ballons, il a excellé dans les phases de ruck mais aussi dans la couverture de terrain. Offensivement, il en a étonné plus d'un et ses aélisations ont souvent été décisives. Ce fut notamment le cas lors du barrage face au Racing-Métro où, en bout de ligne sur un superbe service de David Smith, il a permis aux siens de prendre enfin la tête, après une première période catastrophique.

4e: Felipe Contepomi (Stade français, demi d’ouverture)

À trente-quatre ans, l’Argentin est venu dans la capitale pour relever un ultime défi aux côtés de Michaël Cheika, son ancien coach au Leinster. Un challenge réussi tant sa saison a été aboutie. Le poids des années ne semble pas avoir d’emprise sur sa vista et son sens de l'attaque. Son jeu au pied a été toujours aussi performant et précis. Parfait complément de Julien Dupuy, il a réalisé une prestation majuscule lors de la victoire parisienne à Aimé-Giral (35-16). Joueur d’instinct, son expérience au plus haut niveau a guidé ses partenaires durant toute l'année. Il sera de nouveau de la partie la saison prochaine. Quelle longévité !

5e: Sitiveni Sivivatu (Clermont, ailier)

Star annoncée du recrutement clermontois, le Néo-Zélandais n’a pas déçu. Doté d’appuis énormes, il a affolé bon nombre de défenses du Top 14 par sa vitesse et son agilité ballon en main. Dangereux à chaque relance, le All Black (45 sélections) a souvent eu le geste juste. Il n’aura participé qu’à onze rencontres cette saison en championnat. Un faible ratio qui s’explique par le fait qu’il ait dû rester en Nouvelle-Zélande lors de la Coupe du monde et à certaines blessures. Son influence est pourtant bien réelle. Vern Cotter l’a bien compris en le titularisant à chaque fois lors des rencontres décisives.