Déception Clermont - 3 juin 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Clermont doit apprendre à gérer

Clermont doit apprendre à gérer

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/06/2012 à 09:20 -
Par Rugbyrama - Le 05/06/2012 à 09:20
Clermont pouvait regretter, à l'issue de sa défaite en demi-finale contre Toulon, sa mauvaise gestion du match et des conditions de jeu.

Un après-midi de chien. Voilà ce qu'ont dû vivre les supporters clermontois, massés dimanche dans un Stadium peu propice au spectacle. L'ASMCA – longtemps placée sur un piédestal – a failli en demi-finale. Une nouvelle fois. Face au Leinster, les regrets tenaient à un épilogue capricieux qui refusait à Wesley Fofana l'essai de la victoire. L'objectif principal de Vern Cotter évaporé, le groupe s'était dit qu'un bouclier de Brennus ne pouvait qu'adoucir la frustration née d'un destin européen qui se refuse à la capitale auvergnate. Las. Après trois semaines de coupure, les Jaunards ont attaqué en voulant faire flèche de tout bois. Il firent surtout fi des conditions climatiques et subirent les aléas d'un ballon glissant. Benjamin Kayser, fer de lance d'un pack qui aurait pu gagner le match si la voie de l'axe avait été privilégiée – résumait le mal de tête clermontois: "On n'a pas réussi à mettre notre jeu en place. Toulon a été pragmatique et efficace. Les conditions en seconde mi-temps ne nous ont pas aidés et cette coupure nous a peut-être fait perdre quelques automatismes. Il va falloir digérer cette deuxième désillusion (après la demie de H Cup, ndlr). »

"Quand on fait un voyage, c'est le but qui est important mais..."

Avant le match, Cotter voyait plus loin que cette saison. Son ASMCA renouvelée l'été dernier n'est qu'au début d'un nouveau cycle disait-il. En 2010, ses joueurs avaient su se nourrir de trois finales de rang perdues pour trouver le chemin du succès. Celui qui marque une carrière et l'histoire de ce sport. Alors, en ce sens, cette saison aura fait progresser Clermont. Quitte à en perdre son romantisme, le club de René Fontés devra apprendre le pragmatisme. Son manager néo-zélandais pointait les déficiences dans la gestion de la rencontre. "On n'a pas pu marquer sur nos temps forts. Je pense qu'on s'est mis en danger tout seul plus que Toulon nous a mis en danger. Avec un peu de maîtrise, on était à quatre reprises à cinq mètres de la ligne, pourquoi aller chercher l'essai quand une pénalité aurait été suffisante".

Alors que Toulouse l'a impressionné samedi soir dans la maîtrise des événements et sa capacité à scorer sur ses temps forts, le Kiwi se projetait sur le périple de ses joueurs. "On aurait aimé aller plus loin en Coupe d'Europe, mais on dit qu'on apprend toujours dans la défaite, c'est vrai même si ça fait mal. Quand on fait un voyage, c'est le but qui est important mais les conditions du voyage ont été positives".