Top 14

Bès : "On n’oublie pas"

Ravi de la victoire de ses joueurs, vendredi contre le Stade français (38-6), l’entraîneur des avants de Montpellier Didier Bès savourait après la rencontre. Il n’en oublie pas, pour autant, les moments de galère que le club a traversé en début de saison et souhaite s’appuyer dessus pour avancer.

 
Bès: "On n’oublie pas" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Après la déception face au Leinster, vous souhaitiez que votre groupe se remobilise. Ils vous ont donné entière satisfaction?

Didier BES: Évidement. Quand on marque le point de bonus offensif à une très bonne équipe du Stade français, on ne peut qu’être satisfait et vraiment fier. D’autant plus que la semaine a été très difficile. Entre les blessures et quelques problèmes internes, on était inquiet. Les joueurs avaient envie de se vider et de prendre de la joie. Non seulement ils en ont pris, mais ils en ont aussi donné.

Paris vous a tout de même posé des problèmes en début de match...

D.D: Au départ, la façon d’arbitrer leur a convenu. Ils étaient à la limite de la faute sans être sanctionnés. Cela a considérablement ralenti nos sorties de balle. Ils nous dominaient également sur les collisions. Chaque fois, on rebondissait sur eux, parfois même on reculait. Petit à petit, quand ils ont commencé à être sifflés, on a pu enchaîner. Je tiens par contre à préciser que ce sont des mouvements travaillés à l’entraînement. On pourrait croire que c’est du "french-flair", mais ce n’est pas le cas ! C’est par contre la preuve que les joueurs étaient très concentrés sur leur match.

La satisfaction est aussi de ré-intégrer le groupe des six, l’objectif du début de saison?

D.D: Ce qui est sûr, ce que l’on n’a pas oublié notre début de saison et qu’on ne veut pas le revivre. C’est quelque chose qui nous anime. On ne veut plus de défaite à la maison. Ce match contre le Stade français était charnière pour recoller au haut du classement. C’est fait et cela fait du bien aux têtes, après des mois difficiles. Mais on n’oublie pas. La preuve, c’est le point de bonus offensif. On l’avait loupé contre le Racing dans les dernières minutes. Cela nous a servi. Cette fois-ci, les joueurs ont insisté pour aller chercher ce quatrième essai, qui a été une délivrance. C’est la preuve aussi qu’on apprend de nos erreus.

Cette équipe, quand elle joue de telle manière, semble inarrêtable...

D.D: Attention, il ne faut surtout pas s’enflammer. Dans le sport, on peut très vite descendre de son piédestal. Cette victoire nous apporte par contre beaucoup de confiance, que l’on avait perdu sur quelques matchs. Cela nous permettra de travailler dans la sérénité. Après, lorsqu’elle joue de la sorte, cette équipe dégage tout de même quelque chose. Il n’y a pas besoin de beaucoup crier au bord du terrain. Du 1 au 15, tout le monde est investi. Ce n’est que du bonheur, on le sait. Mais je le répète: on n’oublie pas les moments de galère.

 - Rugbyrama
 
Les commentaires sont désactivés pour cette publication
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |