Marvin O'CONNOR - 10.03.2012 - Montpellier / Bayonne - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Bilan: Bayonne, la délivrance

Bilan: Bayonne, la délivrance

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/06/2012 à 18:53 -
Par Rugbyrama - Le 20/06/2012 à 18:53
Suite de nos bilans du Top 14 avec Bayonne, 12e et premier non relégable, qui a fini par se sauver au terme d'une saison pleine de rebondissements.

TOUR D'HORIZON

Bayonne croyait pouvoir s'inviter dans les phases finales cette année. Avec un recrutement clinquant, le club basque a pourtant vite déchanté. Au point de lutter pour son maintien jusqu'à la dernière journée. Si les déceptions sportives sont évidentes, côté coulisses aussi, Bayonne a connu de forts remous.

LE TOP : Le derby basque remporté à Jean-Dauger

La journée précédente, Bayonne est humilié à Perpignan (47-9) et pointe à six points du maintien. Un joueur sous couvert d'anonymat disait alors : "Ce n'est pas qu'un pied et demi que nous avons ce soir en Pro D2. Mais bien les deux genoux." La réaction face à Biarritz (24-19) est fondatrice. Aux tripes, les Bayonnais se rebiffent, poussés par le public de Jean-Dauger admirable. Et construisent intelligemment leur succès. C'est sur cette victoire que Bayonne retrouve un esprit de corps pour enchaîner deux nouvelles victoires à Lyon et contre Agen. Les Basques prennent même le bonus défensif à Castres pour finir, histoire d'assurer leur maintien eux-mêmes, sans compter sur la défaite prévisible de Brive à Clermont.

LE FLOP : Turbulences en décembre-janvier

Le flou qui entoure le club bayonnais atteint son paroxysme à cette période. Après la défaite à Agen (37-18, le 4 décembre), Christian Gajan est débarqué avec Lièvremont et Tauzin. Jean-Pierre Elissalde, Pierre-Henry Broncan et Didier Faugeron sont intronisés. Alain Afflelou remplace Michel Cacouault à la présidence. En coulisses, tout s'affole. Sur le terrain, l'Aviron perd à Toulouse, fait match nul contre Castres et surtout perd contre Bordeaux-Bègles le 7 janvier, à domicile. Conséquence de ces trois matchs sans victoire, Bayonne glisse dans la zone de relégation. Et change tout, une nouvelle fois le 15 janvier avec l'éviction d'Elissalde et Broncan et la promotion de Faugeron.

Midi Olympique

LE JOUEUR : Abdelatif Boutaty

Comme la saison précédente, le Marocain a détonné dans le collectif bayonnais. Pourtant, il a eu du mal à se mettre en route, notamment à cause des blessures. Puis, il s'est réaffirmé comme le patron du pack basque quand la situation est devenue incandescente. Il a symbolisé la révolte du groupe. Pour arracher le maintien contre Agen (25e journée), c'est lui qui a marqué l'essai du premier bonus offensif bayonnais de la saison. Il n'y a pas de hasard...

LA REVELATION : Marvin O'Connor

A 21 ans, l'ailier formé à Grenoble a vécu une saison très formatrice. Dans la tourmente et avec une issue heureuse. Sa polyvalence ailier/demi de mêlée ne lui a pas porté préjudice puisqu'il a été fixé en "11" et a su profiter des absences d'Huget (suspendu) et Rokocoko en début de saison pour se faire sa place. Il a joué 20 matchs de Top 14 (17 titulaires) et marqué trois essais. S'il doit bien sûr améliorer ses stats, il a séduit Jean-Dauger par son activité, sa faculté à se proposer partout sur le terrain. Finalement, rapport qualité/prix, Bayonne ne pouvait rêver mieux. Et lui a fait signer son premier contrat pro de trois ans.

L'AVENIR

Bayonne, échaudé par cette saison, ne devrait pas clamer haut et fort qu'il souhaite accrocher l'Europe, viser les phases finales. Pourtant, l'objectif devrait consister à intégrer le Top 8. Plus généralement, les Basques vont vouloir soigner leur début de saison, histoire d'éviter les turbulences. D'ailleurs, le duo Christian Lanta-Christophe Deylaud a signé pour trois ans. Le club souhaite retrouver stabilité et tranquillité.

LES CHIFFRES-CLES

Classement : 12e
Classement attaque : 11e attaque (ex æquo avec Agen)
Classement défense : 14e défense (avec Bordeaux-Bègles)
Meilleur réalisateur : Benjamin Boyet (202 points)
Meilleur marqueur : Sam Gerber et Yoann Huget (4)