Bastareaud - Toulon - 19 juillet 2011 - Midi Olympique
 
Top 14

Bastareaud: "Un nouveau départ"

Bastareaud: "Un nouveau départ"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/07/2011 à 10:01 -
Par Rugbyrama - Le 19/07/2011 à 10:01
Toulonnais depuis dix jours après une longue passe d’armes entre le Stade français et le RCT, Mathieu Bastareaud a tenu hier sa première conférence de presse au centre d’entraînement Ange Siccardi de Berg. Le trois-quart centre veut faire table rase du passé et écrire un nouveau chapitre de sa vie.
 

Vous voilà enfin à Toulon. Dans quel état d’esprit êtes-vous au moment de débuter cette aventure ?

Mathieu BASTAREAUD: Je suis super excité. J’ai hâte de reprendre, de connaître mes coéquipiers. Il n’y a pas de raison pour que cela se passe mal. C’est vrai que cela a pris du temps mais finalement je suis là et c’est très bien.

Le feuilleton qui a opposé le RCT et le Stade français à votre propos est terminé. Êtes-vous soulagé ?

M.B: Oui c’est un soulagement. Cette situation n’était pas facile à gérer. Elle a duré un sacré paquet de temps. Pourtant c’était plutôt simple. Toulon et moi étions d’accord, cela bloquait simplement au niveau du Stade français. C’était surtout avec Bernard Laporte que c’était vraiment, vraiment (il insiste) compliqué. Mais j’ai gardé espoir et Mourad (Boudjellal, N.D.L.R.) comme Philippe (Saint-André N.D.L.R.) m’ont toujours rassuré.

Pourquoi vouliez-vous tellement quitter le Stade français ?

M.B: Certaines choses se sont passées. Des choses que je n’ai pas du tout appréciées, surtout la saison dernière. Il y avait un manque de dialogue. Je l’ai mal vécu, l’équipe l’a mal vécue. A partir de là, je ne me voyais pas continuer une année.

Les rapports étaient difficiles avec l’entraîneur parisien Michael Cheika ?

M.B: Il n’y a quasiment jamais eu de dialogue entre lui et moi. C’est ce qui m’a gêné le plus. Nos relations étaient polies, sans altercation mais il n’y avait pas de dialogue. En plus, les seuls retours que j’avais de lui n’étaient pas forcément positifs. Et comme on ne se parlait pas, je ne savais pas ce qu’il pensait. Après je me suis braqué et nous n’avancions pas. La seule fois où j’ai été écouté, c’est quand Thomas Savare a pris les rênes. Alors la situation s’est débloquée.

Le 24 septembre prochain, Toulon recevra le Stade français. Cette rencontre sera forcément particulière pour vous…

M.B: Bien sûr que ce sera un match spécial mais avant celui-là il y en aura quatre autres et avant ces quatre là il y aura une préparation physique à faire. Il est clair que j’ai noté ce rendez-vous, c’est même la première chose que j’ai regardé quand le calendrier est tombé.

Espérez-vous que l’on parle de Mathieu Bastareaud pour ses performances sur les terrains à présent ?

M.B: J’aimerais bien. Je prends un nouveau départ. J’ai fait des erreurs et j’en ferai peut-être d’autres. Le passé c’est le passé. Maintenant j’aspire à écrire un nouveau chapitre de ma vie.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×