Joie Mathieu BASTAREAUD - Sergio PARISSE - Août 2010 - Stade Francais - 1er journee du Top 14 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Paris : La première pierre est posée

Paris : La première pierre est posée

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/08/2010 à 15:44 -
Par Rugbyrama - Le 15/08/2010 à 15:44
Le Stade français est entré dans une nouvelle ère, celle de la raison et de la modestie. Cela n’a pas empêché les joueurs de la capitale de s’imposer largement (43-12) contre Bourgoin lors de la première sortie officielle de l’exercice 2010-2011. De quoi rendre optimistes les acteurs de la capitale…
 

En toute discrétion… Après un dernier exercice très décevant terminé à une 8e place, le Stade français a vécu une intersaison particulièrement calme. Recrutement modeste, budget revu à la baisse et ambitions désormais mesurées. Place à la raison et à l’humilité, retour à la réalité.

"La chose la plus importante était de travailler", indique le nouveau chef du secteur sportif, Mickael Cheika, qui symbolise à lui seul la principale évolution du club cette année. Travailler davantage… Car cette fois, le Stade français ne s’avance plus comme un candidat sérieux au Bouclier de Brennus. Dans le sondage d’avant-saison des entraîneurs et des joueurs, l’équipe de la capitale n’est pas citée à une seule reprise au rang de possible champion de France. Une sacrée nouveauté ! Alors les hommes du président Max Guazzini ont dû s’adapter à ce nouveau statut. Et à première vue, ils l’ont plutôt bien fait…

Dans un certain anonymat, le Stade français a entamé sa campagne 2010-2011 de la meilleure des manières… Une victoire éclatante face à Bourgoin, agrémentée de cinq essais. Surtout, les Parisiens sont parvenus à monter en puissance au fur et à mesure que le match avançait. "Cela n'allait pas arriver comme ça, juste parce qu'en première mi-temps, on avait le ballon. Ca s'est fait progressivement et ça m'a fait plaisir", se réjouit Cheika. Et le directeur sportif savait de toute façon que sa formation aurait besoin de plusieurs minutes de jeu pour peaufiner son système et ainsi se montrer efficace : "C'est le premier match de la saison, il y avait quatre ou cinq joueurs qui n'avaient pas encore joué de match cette année. Il fallait prendre un peu de temps, trouver du rythme. Bourgoin, en début de match, était très agressif dans les contacts".

" Rien ne va venir gratuitement "

Même si le Stade français n’a pas affronté un cador du Top 14 lors de cette ouverture du championnat, les premiers enseignements de la saison sont donc encourageants. Avec un potentiel certainement amoindri par rapport aux exercices précédents, le club compte sur un état d’esprit irréprochable de ses joueurs et des vertus supplémentaires pour espérer surprendre ses adversaires. En ce sens, Michael Cheika a pu être rassuré par la prestation de ses troupes vendredi : "Le match m'a confirmé ce que j'ai vu déjà dans cette équipe: ce sont des joueurs qui ont envie de travailler. Ils ont montré cette envie et aussi bien défendu à la fin, quand Bourgoin avait la balle pendant cinq ou six minutes dans notre camp".

Alors maintenant, le but est de capitaliser sur ce succès. Un doux euphémisme pour le club parisien… Mais la bonne entrée en matière des joueurs du Stade français ne change rien à l’objectif actuel : travailler encore et encore. Elle a juste apporté une pointe de confiance supplémentaire à un groupe qui en avait peut-être besoin. Pour autant, tout le monde garde les pieds sur terre, à commencer par Michael Cheika qui tient à maintenir ses troupes sous pression : "Rien ne va venir gratuitement, si on veut s'améliorer et être compétitif, il faudra travailler. Contre La Rochelle (vendredi prochain, à domicile, ndlr). On va tenter de continuer notre progression. On ne doit pas penser qu'on est les meilleurs simplement parce qu'on a gagné un match." Ni même s’ils en gagnent deux d’ailleurs… Mais clairement, les Parisiens sont aujourd’hui plus dangereux qu’il y a encore quelques jours. Et c’est déjà un bon début !