Joie Castres - Septembre 2010 - Castres - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

La 5e journée en bref

La 5e journée en bref

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 07/09/2010 à 09:28 -
Par Rugbyrama - Le 07/09/2010 à 09:28
Biarritz qui retrouve des couleurs, Kefu auteur d'une cravate incroyable, le une-deux magique des Castrais Baï et Audrin, Benjamin Boyet qui guide à merveille le jeu de Bayonne et Agen auteur d'un retour incroyable... Retrouvez ce qui a marqué la 5e journée de Top 14 disputée ce dimanche.

EN HAUSSE :

Biarritz

Après trois défaites de rang, Biarritz avait le couteau sous la gorge en recevant le Stade français, leader. La défaite était interdite sous peine de se retrouver dans la zone rouge au bout de cinq journées. Les Basques ont prouvé qu’ils avaient du caractère en se montrant solidaires en deuxième période, dominant outrageusement les vingt premières minutes du deuxième acte. Le deuxième ligne Carizza inscrivait l’essai du break avant que Yachvili n’endosse son costume de sauveur avec notamment un drop d’anthologie en fin de rencontre. Avec cette victoire précieuse (19-11), Biarritz se donne de l’air et remonte à la neuvième place au classement. A confirmer lors de la venue samedi prochain de Toulouse à Aguilera.

EN BAISSE :

Toulon

Après une petite victoire face à La Rochelle (13-15) à l'occasion de la quatrième journée de Top 14, le RCT s'est incliné à Brive 27 à 9. Les Toulonnais indisciplinés écopaient dès la 4e minute d'un carton rouge pour une cravate monstrueuse de Mafilo Kefu et l'issue de la rencontre venait de se jouer là, sans conteste. Avec un joueur en moins et de nombreuses fautes qui ont émaillé le jeu, Toulon a finalement sombré en défense et laissé l'attaque briviste inscrire trois essais (Vosloo, 45e, Azoulai, 65e, Palisson, 70e). A la fin de la cinquième journée, les hommes de Saint-André et Hueber pointent à la 11ème place avec seulement 10 points. L'écart se creuse avec le haut de tableau. La révolte est exigée à Mayol pour la réception du promu Agen lors de la prochaine journée.

LE JOUEUR

Benjamin Boyet

A l'heure de retrouver ses anciens camarades berjalliens au stade Pierre-Rajon, le nouvel ouvreur de l'Aviron bayonnais n'a pas fait dans le sentimentalisme. Auteur de treize points (un drop, deux pénalités et deux transformations), il est également à l'origine d'un essai à la 61e minute, finalement refusé par l'arbitre vidéo, mais qui montre toute l'intensité que le demi d'ouverture basque a investi dans cette rencontre. Mais Boyet est un joueur complet, pas uniquement un buteur. Sa vista et sa réactivité dans la relance ont permis à Bayonne de dérouler un rugby offensif et de multiplier les actions dangereuses dans les 22 mètres de Bourgoin.

L’ESSAI

Seremaia Baï (Castres)

Face au Racing, Castres s’est d’abord reposé sur la botte efficace de son canonnier Romain Teulet. Alors que l’avantage pour les Tarnais étaient de neuf points à l’heure de jeu, le centre Baï fut l’auteur de l’essai du break décisif. Sur un ballon perdu par un Francilien dans les 40m de Castres, Baï récupérait le ballon et tapait une merveille de passe au pied pour son ailier Audrin. Celui-ci récupérait le ballon, échappait à son vis-à-vis, fixait le dernier défenseur et retrouvait intérieur Baï pour le premier essai du match (63e). Un une-deux de grande classe.

LA STAT :

20

Pour Agen, la situation était bien mal engagée à la pause puisque le promu était mené de 20 points par Perpignan. Les Catalans maîtrisait le match et la rencontre semblait pliée. Mais ce n'était pas sans compter sur la détermination et l'envie des Agenais, qui en seulement un quart d'heure remontait cet handicap de vingt unités avec trois essais (Edmond-Samuel, 45e, Dupuy, 50e, Pelesasa, 60e). Une performance exceptionnelle face au finaliste 2010. Mais toutefois, le SUALG partagea les points avec l'Usap (23-23).

LA DECLA :

Franck Jacob (Capitaine de La Rochelle)

Après la défaite 50-3 à Toulouse ce dimanche, Franck Jacob, le capitaine de La Rochelle, s'est montré tout autant déçu par la défaite que par la manière, avec sept essais encaissés en 80 minutes. Il estime que la performance toulousaine doit tout de même être nuancée par la différence de l'importance des effectifs des deux formations : "A la fin, cela fait cher, c'est évident. On ne peut pas dire que l'on avait fait l'impasse, mais on n'a pas le banc du Stade Toulousain et il est impossible pour nous de faire jouer les cadres tous les matches. Nous avons fait rentrer des joueurs qui pour certains ont vécu leur premier match en Top 14. Il faut quand même retenir les bonnes choses et notamment l'envie".

LES CHIFFRES CLES

Meilleure attaque : Toulouse (165 points)
Meilleur défense : Clermont (80 points)
Meilleur réalisateur : Wisniewski (Racing, 71 points)
Meilleur marqueur : Médard (Toulouse, 4 essais)