Jérôme Porical Peprignan Top 14 2010-2011 - Icon Sport
 
Top 14

L'Usap doit (r)assurer

L'Usap doit (r)assurer

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/09/2010 à 16:48 -
Par Rugbyrama - Le 14/09/2010 à 16:48
Auteur d'un début de saison mitigé, Perpignan n'a toujours pas réussi à convaincre après sa victoire sur Bourgoin (27-20). A l'issue de la 6e journée de championnat, le groupe est en proie au doute, au cœur d'un chantier sans fin qui pourrait lui être contraignant pour la suite du Top 14.
 

Au terme de la rencontre qui opposait le collectif catalan aux Berjalliens samedi, l'essentiel est assuré. Une victoire et quatre points qui permettent à l'Usap de souffler et de creuser l'écart avec le promu rochelais, qui le talonne déjà au classement. Mais le début de championnat est compliqué pour le finaliste de la saison dernière : plus mauvaise attaque du championnat avant la rencontre face au CSBJ, trois défaites en six rencontres et des prestations moyennes qui ne séduisent pas. La belle équipe catalane, qui occupe la onzième place du classement, éprouve quelques difficultés à imposer son jeu comme elle le souhaiterait.

"Nous n'arrivons pas à maîtriser les moments clé. L'équipe a du retard dans la cohésion", confirme l'ailier Farid Sid, pièce maîtresse de la victoire catalane. Une cohésion collective qui reste donc insuffisante, un rideau défensif friable, une gestion aléatoire, Perpignan est en plein doute et en perd même son rugby. La victoire médiocre face au vaillant Bourgoin en est la preuve concrète. "Je dois bien avouer que cette victoire est laborieuse, souligne le manager perpignanais Jacques Brunel. Et alors ? Notre défense est perméable, nous ne marquons pas beaucoup d'essais mais finalement nous gagnons. Si ça pouvait durer toute la saison comme cela." Tant pis pour la manière, Perpignan en manque de confiance assure l'essentiel, et c'est déjà pas mal.

Le mental comme arme fatale

"Il ne faut pas s'inquiéter, explique Robins Tchale-Watchou. Ce n'est pas très esthétique mais nous avons gagné, c'était le principal objectif. Nous ne pourrons pas gagner tous les matchs avec quarante points d'avance. Il faut du temps pour que les choses se mettent en place. Le match face à Paris va être compliqué, ils vont venir ici pour gagner mais ne nous affolons pas." L'état d'esprit du deuxième ligne est à l'image du collectif catalan. En effet, avec une solidarité comme fil conducteur, les hommes de Brunel et Manas, réussissent la prouesse de s'imposer dans la douleur. "Nous n'avons pas su prendre le match par le bon bout. Après la mi-temps, on a changé de stratégie et on a développé un jeu plus axial. Nous avons alors retrouvé des repères", souffle Brunel.

C'est donc dans les instants désolants que Perpignan trouve sa transcendance à l'instar des coups de génies individuels comme les essais de Sid (58e, 71e) et le pied en or de Porical (15e, 26e, 37e, 65e, 79e) . Un succès à Aimé-Giral face au Stade français à l'occasion de la 7e journée de championnat serait de bonne augure avant le déplacement chez le leader bayonnais. Aux Catalans de prouver qu'ils peuvent soigner les maux de ce début de saison et retrouver cette cohésion collective qui leur est propre.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×