ouedraogo toleafoa montpellier 2010 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

La frustration selon Montpellier

La frustration selon Montpellier

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 28/04/2010 à 14:17
Alors qu’ils espéraient approcher la première partie de tableau, les Montpelliérains ont vécu une saison sans envergure, s’offrant des frayeurs dans la course au maintien en fin de parcours. Le but est désormais de construire une équipe plus compétitive, en s’appuyant sur un staff plus expérimenté.
 

Samedi dernier, Montpellier a mis un terme à sa saison par un feu d’artifice face à un concurrent direct pour le maintien, Bourgoin. Une victoire (34-27), sept essais au total et donc un beau spectacle pour la dernière sortie devant le public d’Yves-du-Manoir… Enfin, il faut bien avouer que cette rencontre ne présentait plus aucun enjeu, les deux équipes ayant assuré leur survie dans l’élite une semaine plus tôt. Et avant ce match contre le CSBJ, l’ouvreur international du MHR, François Trinh-Duc, nous confiait être "soulagé, même si nous visions un peu plus haut que le maintien en début saison. Le maintien n’était pas notre ambition..." En effet, les Héraultais, dans un championnat certainement plus homogène que les années précédentes, rêvaient de jouer les trouble-fêtes. D’être encore en course pour une place européenne de fin de parcours. Bref, de faire trembler les puissants… C’est raté ! Montpellier se contentera du maintien.

Dans Midi Olympique, le président Thierry Perez reconnaît avoir vécu une "saison difficile, oui, parce que le Top 14 est une compétition difficile". Avant de nuancer le bilan décevant du club au premier regard et même de trouver des signes encourageants : "Si on y regarde de près, nous avons de quoi être satisfaits. Avec treize victoires, je crois que l’on peut parler d’une bonne saison". Les Montpelliérains comptent ainsi plus de succès que Brive, le Stade français, et même Biarritz, qui les devancent pourtant au classement. En clair, l’équipe héraultaise n’a pas su accrocher des bonus défensifs (ou offensifs) qui se seraient avérés précieux et lui aurait permis de tenir des objectifs plus reluisants. Un manque de lucidité parfois, et certainement d’expérience : "Nous sommes une équipe encore jeune... Même si on apprend à chaque match et qu'il y a de très bons joueurs, nous faisons avec notre budget", explique Trinh-Duc. Les défaites à domicile contre Brive et Bayonne restent également en travers des gorges montpelliéraines.

Trinh-Duc et Ouedraogo restent, Béchu et Galthié arrivent ?

A présent, le MHR s’est penché sur préparation de la saison prochaine. Un seul objectif en tête : ne pas revivre les galères de l’exercice qui vient de prendre fin. Alors, de nombreux chantiers ont été lancés. Il y en a pourtant quelques-uns, et non des moindres, qui semblent déjà réglés. Toujours sous contrat, le capitaine international Fulgence Ouedraogo et surtout l’ouvreur du XV de France François Trinh-Duc, particulièrement convoité, devraient encore porter les couleurs de Montpellier dans les mois à venir : "Je suis sous contrat avec Montpellier, alors je ne me pose pas la question. La seule chose qui pouvait me faire quitter le MHR aurait été une descente. Nous sommes maintenus, alors il me reste une année de contrat", nous déclarait le dernier cité il y a quelques jours, conscient qu’un changement d’environnement un an avant la Coupe de la monde pourrait fragiliser sa place en équipe nationale.

Reste l’épineux dossier des futurs entraîneurs. En effet, il va y avoir une évolution au niveau du staff technique des prochaines semaines. Selon Midi Olympique, dans son édition de lundi, les entraîneurs berjalliens Eric Catinot et Xavier Péméja, qui ont longtemps été pressentis, ne devraient pas venir. C’est à présent le duo Eric Béchu-Fabien Galthié qui serait devenu la priorité du président Perez. "Il ne faut pas se tromper, expliquait le président après le match contre Bourgoin. C’est le genre de décision qui engage l’avenir du club […] Nous avons envie d’avoir des entraîneurs dans le style de ceux de Perpignan. Des entraîneurs qui arrivent à tirer 150% du potentiel des joueurs, pas 80% ! Des entraîneurs aussi qui ont assez de charisme pour se faire entendre des joueurs". Il avouait également être "à la recherche de partenaires, d’investisseurs, pour avoir un budget 2010-2011 en augmentation par rapport à celui de cette saison". Pour enfin se mêler à la lutte pour les places d’honneur…