Top 14

La sensation Hernandez

Juan-Martin Hernandez portera bien la tunique des Sharks de Durban. Notre site vous l'annonçait en exclusivité ce mardi matin. Le joueur qui évoluait au Stade français a donné son accord pour une saison à l'équipe sud-africaine avant un éventuel retour en France. Voici les dessous de ce transfert.

 
La sensation Hernandez - Rugby - Top 14Midi Olympique
 

Avec la signature de Juan Martin Hernandez aux Sharks de Duraban, les Sud-Africains viennent de réussir un joli coup en matière de transfert au nez et à la barbe des clubs français: Toulon, Perpignan mais aussi Bayonne qui avait proposé un véritable pont d'or au joueur. Et pourtant, même à Durban, on se refuse pour l'instant à annoncer la nouvelle. De peur d'un revirement de dernière minute. Le big boss des Sharks de Durban Brian Van Zyl se refusait quant à lui, à avouer l'un des plus gros coups du marché des transferts 2009: "Je ne ferai aucun commentaire là-dessus". Avez-vous eu des contacts avec le demi d'ouverture des Pumas ? "Je n'ai rien à dire à ce propos, merci". Et au revoir... Mais qui ne dément pas confirme, serait-on tenté de dire...

La sensation Hernandez - Rugby - Top 14 Quoi qu'il en soit, il est de notoriété publique en Afrique du Sud que depuis l'expérience concluante liant le club de Durban avec Frédéric Michalak voici deux saisons, les Sharks rêvent de donner une nouvelle fois leur numéro dix à un joueur étranger. Et à ceux qui se poseraient des questions sur le mode de financement d'un transfert présumé mirobolant, on répondra que le départ de François Steyn pour le Racing-Métro a laissé les caisses de la province sud-africaine particulièrement pleines. Largement de quoi s'offrir El Mago même si durant son périple sud-africain, Juan Martin Hernandez percevra un salaire moindre qu'à Paris.

Des raisons personnelles

Seulement, poussé vers la sortie par Paris, le joueur souhaitait se donner un nouveau défi et la perspective de jouer le Super 14 l'a emporté. Mais ce n'est pas tout. Le secret de la réussite de cet improbable transfert prend sa source ailleurs. Juan-Martin Hernandez souhaitait pour des raisons personnelles se rapprocher de son pays natal l'Argentine, tout en poursuivant sa carrière au plus haut niveau. De plus, ni Toulon, ni le Racing-Metro - les deux clubs français qui avaient ses faveurs - n'ont réussi pour diverses raisons (politique pour le Racing et financière pour Toulon) a obtenir son accord. Le président Boudjellal s'était pourtant démené, effectuant cette nuit une ultime proposition. Sur la côte basque, à Bayonne, on était prêt à casser sa tirelire pour obtenir sa signature. Ses derniers jours, Biarritz s'était aussi renseigné, mais surtout Perpignan. Le club champion de France a tenté le coup de l'an passé avec la signature de Carter. Partir le dernier et empocher la mise.

Finalement le joueur a pris tout le monde de court et a opté pour un défi personnel et sportif. A 27 ans, par deux fois champion de France avec le Stade français (2004-2007), Juan-Martin Hernandez va débarquer dans l'hémisphère Sud. Le Top 14 perd son plus beau joyau. Surtout ce transfert annonce peut être un rééquilibrage des forces. Depuis trois saisons, le Top 14 faisait office d'eldorado. Seulement depuis un peu plus d'un an, l'Afrique du Sud a réussi à rapatrier toutes ses stars parties en Europe (Matfield, Smit…) à conserver celle qui étaient tentée par le périple européen (Botha, Habana, Du Preez) à une exception près (Steyn) et s'offre pour la deuxième fois, une star du championnat Français (Hernandez succédera au poste d'ouvreur chez les Sharks à Frédéric Michalak). Un joli pied de nez du pays champion du monde.

 - Rugbyrama
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |