DPPI
 
Article
commentaires
Top 14

Brive, c'est le printemps

Brive, c'est le printemps

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 28/02/2009 à 16:30
Brive a bien changé de dimension. Autoritaire sur sa pelouse, le CAB a infligé samedi au Stade français sa première défaite depuis trois mois et demi en Top 14 (26-11). Les Corréziens lorgnent plus que jamais sur une place en Coupe d'Europe en fin de saison.

Brive a parfaitement maîtrisé son sujet ce samedi dans son antre d'Amédée Domenech. Une domination qui a donné des ailes aux Corréziens, au point de vouloir aller chercher le bonus offensif contre la meilleure équipe du Top 14 à l'extérieur, le Stade français. Ambiton mal récompensée. Sur son ultime tentative, Paris récupérait la balle et Papé s'en allait sauvait l'honneur des siens.

Pourtant, le sort semblait s'acharner sur les Brivistes en début de match. Alors qu'ils menaient 6 à 3 après 20 minutes de jeu, les Corréziens perdaient Alexis Palisson, touché à une cheville. Puis Ligairi, suite à un contact avec Nicolas Jeanjean alors qu'il venait de remplacer son partenaire. Estebanez faisait alors son entrée et Cooke passait à l'aile. Un coup dur qui allait pourtant être profitable aux locaux. Suite à une charge de Claassen, Barry Davies transperçait le rideau défensif parisien et trouvait... Cooke qui se permettait même le luxe d'aller aplatir entre les perches (37e). Les hommes du duo Mola-Laussucq exploitaient parfaitement le carton jaune reçu par Pierre Rabadan une minute plus tôt et regagnaient les vestiaires sur un score favorable de 13 à 3.

Paris handicapré par les absences

Côté parisien, ce match sera à vite oublier. Car la seconde priode ne fut guère meilleure que la première. Oraquera continuait d'enfiler les pénalités, et la blessure avant le repos d'Hernandez, par ailleurs peu à l'aise au pied, privait le Stade français de sa plus précieuse munition. Et handicapés par trop d'absences, les hommes d'Ewen McKenzie ne pouvaient contrer l'allant offensif et l'aisance défensive des Corréziens, qui marquaient un second essai à quelques minutes du terme de la rencontre grâce à Toderasc (78e). Papé sauvait l'honneur et coupait toute véléité de bonus offensif pour Brive (80e).

Malgré cela, le club du président Sébastien prend quatre précieux points dans la lutte pour les places européennes. Les Corréziens restent néanmoins sixièmes, Bayonne étant de son côté venu à bout de Mont-de-Marsan. Paris, pour sa part, ne sauve sa seconde place qu'au bénéfice des résultats contre son adversaire direct, Perpignan, revenu à égalité avec 60 points.