Top 14

Salle-Canne : "Que du bon pour moi"

Arrivé de Colomiers à l'intersaison, Anthony Salle-Canne entame un nouveau challenge à Bayonne. Il a débuté lundi avec la reprise des entraînements. Le demi de mêlée livre ses premières impressions basques.

 
"Que du bon pour moi" - Rugby - Top 14From Official Website
 

Comment s'est passée cette reprise ?

Anthony Salle-Canne.- Nous faisons exclusivement du physique. Le rythme est un peu particulier puisque nous nous entraînons de 8h à 13h. Nous commençons par du physique puis nous prenons le petit-déjeuner ensemble, ensuite nous faisons de nouveau du physique, puis de la musculation et nous terminons par de la piscine. Tout est condensé, c'est dur. Mais c'est un rythme à prendre. Et puis ça laisse des longues plages de récupération, nous avons nos après-midis et nos soirées.

Et votre intégration au sein de l'effectif ?

A.S-C.- Pour l'instant, je ne fais pas beaucoup de bruit. Mais c'est un groupe sain. Et puis je connaissais Guillaume Bernad avec qui j'ai joué à Auch, et Benjamin Lhande, de Colomiers. Donc ça va.

Comment gérer une si longue période de préparation ?

A.S-C.- On ne va pas gérer, on va subir ! Un planning a été mis en place et nous allons le respecter. Ça fait longtemps que nous demandons des temps de récupération plus longs, cette Coupe du monde tombe bien. C'est sûr qu'il est difficile d'imaginer que le championnat ne reprend que fin octobre. Mais si ça peut éviter les blessures et permettre de mieux se préparer, c'est tant mieux.

Vous avez vécu la descente avec Colomiers l'an dernier. Bayonne a dû attendre la dernière journée du championnat ces trois dernières saisons pour connaître son sort. N'appréhendez-vous pas de revivre une année difficile ?

A.S-C.- Il y a un peu d'appréhension, oui. J'ai vécu ça l'an dernier avec Colomiers et c'est vrai que ça avait été difficile à vivre. Mais le groupe vit ça depuis trois ans, il s'en sert maintenant. Je pense que ce ne sera pas la même chose cette année.

Pourquoi avez-vous choisi de venir à Bayonne ?

A.S-C.- La Fédérale 1, je l'ai vécue pendant un an. Nous avions eu la chance de remonter de suite mais je n'avais pas trop envie de revivre ça. J'ai eu l'opportunité de venir à Bayonne, ce n'est que du bon pour moi. Maintenant, à moi de me montrer digne de la confiance que l'on m'a accordée. Il y a de la concurrence à mon poste. Mais Julien Tilloles est très gentil avec moi, ça se passe bien.

Avez-vous eu des contacts avec le public bayonnais, réputé pour sa ferveur ?

A.S-C.- Il y a du monde aux entraînements. Il y en avait aussi à Colomiers mais là ils sont très nombreux... On sent déjà de l'engouement. Quand je vais en ville avec d'autres joueurs, ils sont reconnus. Les gens parlent beaucoup rugby. Il me tarde de voir Jean-Dauger un soir de match !

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |