Jonathan Winiewski Racing-Metro Top 14 2010-2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Wisniewski : "Un rêve de gosse"

Wisniewski : "Un rêve de gosse"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 31/10/2010 à 17:27 -
Par Rugbyrama - Le 31/10/2010 à 17:27
Non retenu lors de l'annonce du groupe mercredi, Jonathan Wisniewski a finalement été appelé pour les tests de novembre après le forfait de François Trinh-Duc. Auteur d'un début de saison excellent, l'ouvreur du Racing-Metro nous livre sa joie de connaître sa première convocation chez les Bleus.

Comment avez-vous appris votre convocation avec les Bleus ?

Jonathan WISNIEWSKI : J’étais en train de "bruncher" à Paris avec des amis ce dimanche. Quand j’ai allumé mon téléphone, j’ai vu que j’avais de nombreux messages et d’appels en absence. C’est comme cela que j’ai appris que Marc Lièvremont avait décidé de me retenir pour préparer les tests.

Quelle a été votre réaction ?

J.W. : C’est d’abord avec un grand plaisir que j’ai reçu cette nouvelle. Ensuite, j’avoue que j’ai ressenti beaucoup de joie mais aussi de fierté. C’est un véritable rêve de gosse qui se réalise. Dans ma famille, le rugby n’est pas un simple sport. C’est une véritable religion. Alors, je dois avouer que j’ai une pensée pour tous mes proches, mes grands-parents, ma compagne, mon frère… Enfin tout le monde. Je dois aussi remercier le staff du Racing car c’est lui qui m’a permis de progresser et il a aujourd’hui une grande part dans cette réussite.

Comment appréhendez-vous le fait de rejoindre le groupe France ?

J.W. : Je sais que je vais découvrir un niveau supérieur. Je vais y aller d'abord avec de l’excitation mais aussi dans l’optique d'apprendre encore, de continuer à progresser en intégrant ce groupe.

Vous étiez déjà pressenti lors de l’annonce de la première liste. Après la blessure de François Trinh-Duc ce samedi, vous attendiez-vous à être appelé ?

J.W. : Pas plus que ça. C’est vrai qu’il y a eu un gros battage autour de mon nom dans les jours précédant l’annonce du groupe. Beaucoup de personnes me parlaient de cette possible sélection. Mais je n’ai pas vécu le fait de ne pas être retenu comme une déception. J’étais déjà très fier que mon nom soit évoqué de manière régulière. Alors aujourd’hui, je dois aussi relativiser. Je sais que la roue peut vite tourner. Il y a encore un an et demi, je jouais en Pro D2 et l’équipe de France, je la regardais de loin, à la télé. Cela, je ne l’oublie pas.

Maintenant que vous êtes retenu, quelle est le prochain objectif ? Faire partie du groupe des 23 contre les Fidji le 9 novembre ?

J.W. : Je ne vais pas jusque-là. Même si je ne suis pas dans le groupe, ce ne sera pas une déception non plus. Moi, je veux acquérir une expérience supplémentaire et je prendrai tout ce qu’on me donne. Si je dois jouer trois minutes ou cinq minutes avec les Bleus, ce serait déjà un immense honneur.