Icon Sport

Test Match : Paul Gabrillagues, de l’ombre à la lumière

Gabrillagues, de l’ombre à la lumière

Le 08/11/2017 à 16:46Mis à jour Le 08/11/2017 à 16:52

TEST MATCH - Paul Gabrillagues pourrait connaître ce samedi contre la Nouvelle-Zélande une première cape en bleu. Un coup de projecteur potentiel pour un joueur dont on parlait encore assez peu jusqu’en milieu de saison dernière et qui se révèle depuis au grand jour.

Il suffit parfois d’un rien pour voir une carrière basculer. Pour Paul Gabrillagues (24 ans), l’élément déclencheur fut hors du terrain, lorsque son président de l’époque Thomas Savare et celui du Racing 92 Jacky Lorenzetti décidèrent d’introduire en force leur accord de fusion contre-nature. Lui, le discret deuxième ligne, anti-star par excellence dans un club qui compte peu de têtes d’affiche d’internationales, se retrouve alors propulsé à la pointe de la fronde parisienne.

"Je suis ami avec quelques supporters du Stade français et j’avais posté un message sur un de leur groupe, sur Facebook, raconte Gabrillagues. C’était un commentaire à chaud, je pensais m’adresser à un petit groupe de personnes et cela a été repris partout. J’étais un peu dépassé, moi qui ne suis même pas sur Twitter ». Une médiatisation soudaine qui lui conféra malgré lui un rôle de porte-étendard du Stade français et de ses valeurs. Et par ricochets le visage d’un leader, aux côtés des Papé et autres Sinzelle.

99% de réussite au plaquage

Tout s’est ensuite accéléré pour ce joueur passé par le PUC en jeunes et propulsé en équipe première du Stade français par Gonzalo Quesada lors de la saison du titre (2014-2015). Des mois incroyablement riches qu’il résume avec enthousiasme et fraîcheur : "La fusion ? Hyper bizarre ! L’après-fusion ? La folie ! On termine sur un titre de champion d’Europe (la Challenge Cup, ndlr) avec cette impression d’avoir réussi ça entre potes. À côté de ça, il y avait toujours cette petite inquiétude de savoir qui reprendrait le club. On est reparti sur une nouvelle saison avec des résultats moyens, ce qui est un peu embêtant et il y a eu dernièrement cette sélection pour moi, qui est top !"

Paul Gabrillagues, le deuxième ligne du Stade français

Paul Gabrillagues, le deuxième ligne du Stade françaisIcon Sport

Plus que son rôle dans l’échec de la fusion, c’est surtout son activité d’énorme travailleur de l’ombre qui a séduit Guy Novès et son staff. Depuis le début de la saison, Paul Gabrillagues affiche un taux de réussite monumental au plaquage : 99%. Une qualité de rigueur sur l’homme qui peut se révéler être un atout stratégique contre une équipe néo-zélandaise qui aura a priori souvent le ballon samedi soir à Saint-Denis.

0
0