Getty Images

Guy Novès fustige le niveau de ses joueurs après France / Nouvelle-Zélande (18-38)

Novès : "En partant de si loin et en étant si mauvais..."

Le 12/11/2017 à 00:28Mis à jour Le 12/11/2017 à 01:39

TEST-MATCH - Vexé par la première période de ses hommes, le sélectionneur de l'équipe de France n'a pas épargné ses troupes en conférence de presse.

Comment expliquez-vous les absences de votre équipe en première période ?

Guy Novès : "Cette première mi-temps est... (il hésite) Elle ne correspond pas du tout au niveau d'une équipe internationale. Malgré le respect immense que nous avons pour cette équipe néo-zélandaise, nous n'avons pas été des adversaires valeureux durant cette première période. Il y a eu énormément de ballons perdus. Des ballons où la technique n'entre même pas en jeu, ni la qualité de l'adversaire. Des ballons simples dans l'engagement physique, une absence d'agressivité saine dans les zones de rucks, une mêlée qui s'est effritée... A ce niveau, avec tant de manques, les points défilent vite."

La seconde période vous rassure-t-elle ?

G.N : "Nous ne sommes pas rassurés, non. Mes joueurs ont au moins pris conscience à la pause qu'on ne pouvait pas avoir un tel comportement. En élevant un peu l'agressivité, en respectant un peu notre maillot et l'adversaire, on a simplement démontré en seconde période qu'on pouvait rivaliser. Est-ce que j'en suis content ? Je ne peux pas dire ça. Je ne peux pas m'en satisfaire."

Le respect du maillot et de l'adversaire paraissent tout de même une évidence, au niveau international. Vous les comprenez ?

G.N : Si je les comprenais, nous n'aurions pas vécu une première mi-temps d'un si faible niveau. Nous nous pensions en capacité de livrer un grand match. Nous nous étions préparés pour. Ça ne s'est pas passé ainsi, je le regrette. S'il n'y avait pas eu cette réaction à la pause, ça aurait pu virer au drame. C'est ce que je me reproche. Je ne parle pas d'eux mais de moi. C'est mon travail. Et ce sera ma question de la semaine : "Pourquoi avons-nous abordé ce match avec si peu d'agressivité, pour rivaliser sur des actions finalement simples ?"

Antoine Dupont lors de France / Nouvelle-Zélande

Antoine Dupont lors de France / Nouvelle-ZélandeGetty Images

" Je ne me satisfais pas de cette réaction"

Que s'est-il passé à la pause ?

G.N : "Il s'est passé une prise de conscience. Il a fallu un électrochoc. Il est venu sans avoir à crier, si c'est ce que vous voulez savoir. Que mes joueurs aient réagi en partant de si loin et en étant si mauvais, c'était le SMIC (minimum syndical, ndlr). Il y avait 80 000 personnes au stade, tout de même. Mais clairement, je ne me satisfais pas de cette réaction."

Comment jugez-vous votre charnière du soir ?

G.N : "Ils ont, compte-tenu du contexte du match, répondu globalement à ce qu'on attendait d'eux. Ils ont montré des qualités individuelles. On a vu Antoine (Dupont) capable avec peu de ballons de faire de belles choses. Pour Anthony Belleau, pour un premier match à ce niveau et ce n'était pas un match simple pour lui, on l'a vu faire des choses intéressantes. Il s'est efforcé de remplir la mission demandée. Mais l'un et l'autre ont bénéficié de ballons qui n'ont pas toujours été de qualité."

Guy Novès

Guy NovèsGetty Images

0
0