Getty Images

All Blacks - Lions britanniques : "Les 2 équipes vont être dégoûtées de ne pas avoir gagné la série"

"Les 2 équipes vont être dégoûtées de ne pas avoir gagné la série..."
Par AFP

Le 08/07/2017 à 15:35Mis à jour Le 12/07/2017 à 12:00

TEST-MATCH - Le match le plus attendu de l'année a accouché d'un nul : Néo-Zélandais et Lions britanniques sont frustrés d'avoir dû se partager le dernier test (15-15) et leur série, mais le spectacle offert lors des trois rencontres a emballé la planète rugby.

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

Le silence avec lequel l'Eden Park a accueilli le coup de sifflet final le disait clairement : le résultat ne satisfait aucun camp. Ni les doubles champions du monde en titre néo-zélandais, bousculés à domicile et qui n'ont pas réussi à prendre leur revanche par rapport au deuxième test perdu à Wellington (21-24), leur première défaite à domicile depuis huit ans. C'est la première fois en 39 rencontres qu'ils ne l'emportent pas à Auckland.

Ni les Lions de Sam Warburton, passés tout près d'un exploit monumental : s'imposer en Nouvelle-Zélande, chez la meilleure équipe du monde, ce que seuls leurs prédécesseurs de 1971 avaient réussi à faire. "Je ne sais pas que faire de cela, honnêtement. Je me préparais à disputer une prolongation", a réagi le flanker gallois. "Les deux équipes vont être dégoûtées de ne pas avoir gagné la série... Du point de vue des joueurs, c'est une petite déception", a ajouté le capitaine de la sélection des meilleurs joueurs anglais, gallois, irlandais et écossais.

Chez les All Blacks, les jeunes assurent

C'est la seconde fois seulement dans l'histoire que les Lions terminent une série à égalité. En 1955, ils étaient repartis d'Afrique du Sud avec deux victoires pour autant de défaites. L'arbitre Romain Poite aurait pu en décider autrement : à la dernière minute, il allait accorder une pénalité aux All Blacks pour une position de hors-jeu du talonneur gallois Ken Owens. Avant de revoir sa décision, poussé en ce sens par l'assistant vidéo.

Romain Poite avec Kieran Read (All Blacks) - 8 juillet 2017

Romain Poite avec Kieran Read (All Blacks) - 8 juillet 2017Getty Images

"Peut-être que c'est un résultat juste pour cette série", a réagi le capitaine néo-zélandais Kieran Read. "Les deux équipes ont bien joué sur le terrain et ce soir nous ne sommes pas arrivés à nous départager (...) Je ne sais pas quoi en penser". Quelle frustration pour les All Blacks, qui ont copieusement dominé la première période et inscrit deux essais superbes par les néophytes Ngani Laumape (15e) et Jordie Barrett (36e). Une belle récompense pour leur première titularisation.

Le pari audacieux pris par Steve Hansen de faire confiance aux jeunes malgré un tel enjeu s'est avéré payant. Mais l'ouvreur Beauden Barrett, à l'origine des deux essais, a laissé en route cinq points face aux poteaux (50% de réussite), dont une pénalité plutôt aisée face aux perches (3e). Il avait déjà raté trois pénalités à Wellington. Mis de côté pour les deux premiers tests, l'ailier Julian Savea, malgré sa fraîcheur évidente et ses redoutables appuis, n'a pas réussi à faire la différence et à se rapprocher de Doug Howlett, recordman du nombre d'essais marqués sous ce maillot (46 essais contre 49).

Lions : merci Farrell

"The Bus" est en danger car lors du premier match, une autre pépite lancée dans le grand bain par Hansen a aussi frappé pour sa première titularisation : l'ailier Reiko Ioane, 20 ans, a inscrit un doublé et amplement contribué à la victoire des All Blacks (30-15). Même chose pour le centre Sonny Bill Williams, dont le retour en sélection après un an d'absence, à 31 ans, a été assombri par le carton rouge reçu à Wellington pour une charge avec l'épaule sur la tête d'Anthony Watson. Les performances de Lienert-Brown (22 ans) et Laumape (24 ans) pourraient le pousser définitivement vers la sortie.

Owen Farrell (Lions) - 1er juillet 2017

Owen Farrell (Lions) - 1er juillet 2017Icon Sport

Pour Warren Gatland, le manager néo-zélandais des Lions, les satisfactions individuelles ne manquent pas : le deuxième ligne anglais Maro Itoje (22 ans) a encore délivré une prestation majeure, tout comme l'arrière gallois Liam Williams et le centre gallois Jonathan Davies, qui a sauvé les siens en annihilant une contre-attaque de Jordie Barrett (13e). Et que dire d'Owen Farrell ? Contrairement à son vis-à-vis, le buteur anglais a été impeccable (4/4), une semaine après avoir arraché la victoire sur une pénalité inscrite à trois minutes de la fin. Celle inscrite ce samedi du milieu de terrain, en toute fin de match (78e), n'a offert que l'égalisation. Point final d'un superbe affrontement entre titans.

0
0