Marland Yarde et Brodie Retallick - Nouvelle-Zélande Angleterre - 7 juin 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Nouvelle-Zélande-Angleterre (20-15) - Les All Blacks ont gagné mais ils ont bien des choses à revoir

Les All Blacks ont gagné mais ils ont bien des choses à revoir

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/06/2014 à 16:43 -
Par Rugbyrama - Le 07/06/2014 à 16:43
Brouillons, maladroits et chahutés en mêlée, les All Blacks ont vraiment déçu mais ont assuré l'essentiel en battant des Anglais très joueurs (20-15).

Et à la fin, ce sont toujours les All Blacks qui gagnent. Constat facile, mais tellement vrai. Ce premier test match d'envergure avait tout de l'éventuelle boucherie pour les Anglais. Beaucoup de nouveaux joueurs, des titulaires mis au repos après la finale du championnat entre les Saracens et Northampton (17 !), une opposition qui comptait presque tous ses cadres (hormis Carter et Read). Il n'en fut rien. A la pause, le score de parité (9-9) ne reflétait d'ailleurs pas vraiment la domination du XV de la Rose. Seulement, le brin de chance - et de génie - pour faire la différence est tombé du côté des All Blacks en fin de match (20-15).

Face à des champions du monde brouillons et maladroits, les Anglais ont proposé des armes intéressantes: du jeu sur les extérieurs avec le soutien des troisième ligne en permanence. Le capitaine Chris Robshaw a fait partie de tous les bons coups. La puissance de Tuilagi au centre du terrain a souvent permis de créer des brèches pour Eastmond, May ou Yarde. Juste avant la mi-temps, Mike Brown récupérait même un ballon haut au nez et à la barbe des Blacks et le contre s'organisait dans les 22 mètres. Sur la largeur, il y avait quelques possibilités qui auraient mérité d'être mieux exploitées. Le drop manqué de Burns - n'est pas Wilko qui veut - marquait la fin d'un premier acte où les Blacks n'auront pas montré grand-chose.

L'inspiration de Cruden

Hormis les deux dernières minutes de la partie, ce premier test-match en Nouvelle-Zélande aura fait la part belle aux buteurs. Les deux demis d'ouverture, habituellement cantonnés au banc des remplaçants, se sont livré un duel parfait. A la 67e, le score était de 12-12. Quatre pénalités de Cruden pour les Blacks, autant de Burns pour les Anglais. Et aucun échec de part et d'autres. Cipriani, entré en jeu en fin de match, continuera le sans faute des buteurs pour ramener le XV de la Rose à 15-15 (75e). On se disait alors que l'équipe de Stuart Lancaster était à quelques instants d'un immense exploit, dans un stade où les All Blacks n'ont plus perdu depuis 1994 (face à la France).

Seulement, les grandes équipes - la Nouvelle-Zélande en est évidemment une - ont toujours une idée de génie. A la 77e, les Blacks obtiennent une pénalité à 40 mètres en face des poteaux. Trois points a priori faciles pour repasser devant au score et boucler l'affaire. Pourtant, Aaron Cruden joue vite la pénalité, à la surprise générale ! Inspiration géniale, inattendue, anormale, mais gagnante. Après deux temps de jeu, Perenara éjecte pour Ben Smith, qui donne sur un pas à Conrad Smith. Essai en coin (20-15). Implacable. Magnifique, symbole d'un rugby fait encore d'instinct. Les Anglais, pourtant courageux et très bons stratégiquement, ne pouvaient que constater les dégâts...