Icon Sport

France-Australie (29-26), l'antisèche - La victoire, c'est bien, on attend désormais la manière

La victoire, c'est bien, on attend désormais la manière
Par Rugbyrama

Le 16/11/2014 à 00:28

En s'offrant les Australiens, les Tricolores ont pris leur revanche et accroché une grosse nation à leur tableau de chasse, sans la manière (29-26). Notre antisèche.

Le jeu : les Bleus pragmatiques

Comme contre les Fidji, le XV de France s'est montré très réaliste en début de rencontre en inscrivant très rapidement un essai par Tillous-Borde. Pourtant les Bleus étaient en grande difficulté lors de l'entame. Cet avantage a permis aux coéquipiers de Thierry Dusautoir de faire la course en tête toute la partie. Et c'est donc logiquement que les Français ont beaucoup défendu, étant bien souvent privés de ballons. Les joueurs de Philippe Saint-André ont longtemps tenu le coup, étant agressifs au plaquage, avançant régulièrement à l'impact.

Le jeu à une passe des Wallabies est resté stérile tant que les Bleus étaient en place défensivement. Mais voilà, les trois-quarts australiens ont tout de même réussi à accélérer à deux moments clés de la rencontre: juste avant la mi-temps pour recoller au score sur l'essai d'Ashley-Cooper (17-16) et en toute fin de match pour tenter de renverser la tendance, envoyant Rob Simmons derrière l'en-but. Les deux passages à vide de la défense tricolore ont coïncidé avec le coup de fatigue du XV de France, largement dominé dans la possession et l'occupation. Ce qui a sauvé les Bleus, c'est leur nette domination en conquête, un secteur qui est donc en net progrès! Mais aussi bien sûr la capacité à scorer en créant beaucoup moins de séquences que l'Australie, trop peu efficace. A l'image de l'essai de Teddy Thomas, exploit individuel venant de nulle part. 

Les joueurs : un banc important, Folau bien muselé

Face aux Australiens, l'ouvreur de Clermont, Camille Lopez, a alterné le bon et le moins bon. Le bon dans ses choix qui ont souvent fait avancer les Bleus. Mais le moins bon également lorsqu'il a eu des approximations au pied. On pense notamment à ses deux renvois manqués. Face aux poteaux, il s'est montré efficace avec un 6 sur 7 dans ses tentatives. Philippe Saint-André avait choisi de titulariser Bernard Le Roux pour apporter sa puissance et son activité. En défense, il a été à la hauteur des attentes en plaquant à quatorze reprises. Au rang des autres satisfactions, on peut citer Xavier Chiocci, Uini Atonio ou encore Mathieu Bastareaud, amenant un vrai plus physique au moment de leur entrée en jeu. Brillant lors du match contre les Fidji, l'arrière Scott Spedding n'a pas eu le même rendement cette fois. Trois plaquages manqués sur six tentatives et très peu en vu offensivement.

Pour les Wallabies, on attendait beaucoup d'Israel Folau, l'arrière virevoltant. Mis à part deux belles percées en toute fin de match, il s'est fait particulièrement discret et a été bien pris par les défenseurs français. La copie rendue par le demi de mêlée Nick Phipps n'est pas plus reluisante après des passes approximatives et des choix un peu douteux. Sur son aile, Joe Tomane a été tout simplement absent. Par contre, on peut noter la bonne prestation du pilier gauche James Slipper, très utile dans le jeu courant, actif en défense (11 plaquages) et bon en mêlée fermée. Outre son essai, le deuxième ligne Rob Simmons est à créditer d'une belle partie tout comme l'ouvreur Bernard Foley, solide buteur et tranchant sur le premier essai des siens.

La charge de Mathieu Bastareaud - France Australie - 15 novembre 2015

La charge de Mathieu Bastareaud - France Australie - 15 novembre 2015Icon Sport

Le tournant qui n'a pas eu lieu : Maestri a échappé au carton

Nul ne peut savoir ce qu'il serait advenu de ce match si Yoann Maestri avait été sanctionné pour son geste d'humeur à la 56e minute. Quelques minutes plus tôt, il avait châtié McMahon qu'il jugeait responsable d'un plaquage cathédrale sur Le Roux. Puis, sur un ruck, le Toulousain arrivait à retardement la tête en avant sur le talonneur Saia Fainga'a. Heureusement, son coup de tête a échappé aux arbitres...

La stat : 0

Si tout n'a pas été parfait lors de cette rencontre pour les Tricolores, ils peuvent en tout cas se vanter de ne pas avoir commis le moindre en-avant durant le premier acte. Un fait rare, preuve de l'application mise par les Bleus.

Le tweet chambreur de Giteau

L'Australien de Toulon, Matt Giteau, a suivi avec attention cette rencontre entre sa sélection nationale et certains de ses coéquipiers du RCT. Et il a visiblement apprécié l'essai inscrit par Sébastien Tillous-Borde...

La question : doit-on simplement retenir la victoire ou attendre plus des Bleus dans le contenu ?

Le XV de France a pris sa revanche sur l'Australie et enchaîne ainsi une deuxième victoire consécutive. D'un point de vue purement comptable, tous les voyants sont donc au vert. Mais quid de la manière ? Face aux Wallabies, les Bleus ont subi le jeu, devant se contenter de défendre leur terrain car dominés largement dans la possession du ballon (62% en faveur des Australiens). Au bout du compte, on retient forcément le succès français, même si la sérénité n'était pas forcément au rendez-vous en fin de match. Doit-on par contre en attendre plus de la part des joueurs de Saint-André, qui n'ont pas réussi à installer leur jeu ? 

Ivan PETROS et Fabien POMIES

Thierry Dusautoir, le capitaine du XV de France, ballon en main - France Australie - 15 novembre 2014

Thierry Dusautoir, le capitaine du XV de France, ballon en main - France Australie - 15 novembre 2014Icon Sport

0
0