Icon Sport

France-Argentine - Gonzalo Quesada: "Les Pumas commencent vraiment à être dangereux"

Quesada: "Les Pumas commencent vraiment à être dangereux"

Le 17/11/2014 à 13:50

Pour son dernier test de novembre, le XV de France retrouvera l’Argentine samedi au Stade France (21 heures). Impressionnants face aux Wallabies, les Bleus ne devront pas relâcher leur intensité. Gonzalo Quesada nous propose un décryptage des Pumas.

Ils ne pensent qu’à ce match. Ce 22 novembre est leur priorité des tests de novembre. Opposés au XV de France, samedi à Saint-Denis, les Pumas constituent un adversaire tout aussi dangereux que les Wallabies. Malgré une dernière place dans le Rugby Championship (une victoire en six matches, NDLR), la formation de Daniel Hourcade a confirmé ses nets progrès aux côtés des meilleures nations mondiales."Ce qui est intéressant, c’est qu’ils auraient pu battre les Springboks (défaite dans les dernières minutes, 31-33, NDLR), et se sont montrés au niveau", souligne le directeur sportif du Stade français Gonzalo Quesada."Mais le plus important, c’est l’évolution de cette équipe. Dans le passé, on connaissait les forces de l’Argentine : un jeu un peu restrictif avec une grosse mêlée, une bonne défense et un peu d’alternance. Aujourd’hui, on voit qu’ils dominent dans le jeu avec un volume important, du rythme et des attaques organisées répétées pour mettre sous pression l’adversaire. Historiquement, les Pumas n’étaient pas vraiment capables de le faire. Mais c’était l’objectif en intégrant le Rugby Championship".

" Je suis frappé par leurs interventions dans les rucks… (Quesada)"

Tombeurs de l’Australie (21-17) le 4 octobre à Mendoza et auteurs de matchs intéressants face aux All Blacks, les Argentins ont affiché un niveau d’engagement très élevé."J’ai été frappé par la qualité de leurs interventions dans les zones de contact et les attitudes au contact du ballon dans les rucks", insiste Quesada. "Ils ont énormément travaillé là dessus ! Leurs soutiens sont vraiment remarquables. Les joueurs veulent produire du jeu. Ça saute aux yeux. Et ils commencent vraiment à être dangereux. Le fait qu’ils gagnent avec cette nouvelle orientation est très encourageant pour la suite. Ça va rendre cette équipe de plus en plus compliquée d’ici la Coupe du monde".

Gonzalo Quesada avec les Bleus lors du Mondial 2011

Gonzalo Quesada avec les Bleus lors du Mondial 2011Icon Sport

Dès le rassemblement du XV de France fin octobre, Philippe Saint-André se montrait extrêmement méfiant."Ils progressent énormément", reconnaît le sélectionneur-manager des Bleus."Avant, cette équipe jouait en contre mais cette année, ils essayent d’imposer leur jeu. Dans le Rugby Championship, c’est l’équipe qui a eu la meilleure possession. Elle n’a pas peur de conserver le ballon, de t’user. Ils ont une nouvelle génération de joueurs avec de beaux athlètes. Ils nous connaissent très bien. Ce sont toujours des matches physiques et très compliqués. Ce sera encore du très haut niveau. On ne pourra pas baisser notre intensité de 15%. Il faudra de l’ambition et beaucoup de conviction".

" On ne pourra pas baisser notre intensité de 15% (Saint-André)"

La fraîcheur physique des coéquipiers d’Agustin Creevy reste néanmoins une véritable interrogation. Battu par l’Ecosse à Murrayfield (41-31), vainqueur dans la douleur de l’Italie (20-18), avec une équipe largement remaniée, l’Argentine semble accuser le coup du Rugby Championship."Cette compétition pompe énormément d’énergie", avoue Quesada."Je sais que c’est dix fois plus dur qu’une Coupe du monde. Ce sont des quarts, des demies tous les week-ends pendant sept semaines sans compter des voyages de trente heures. La fraîcheur physique des Pumas est un vrai problème. Quand on regarde la composition, il y a deux, trois joueurs qui ont déclaré forfait dans des postes clés. L’équipe qui se présentera samedi ne sera pas exactement la même que cet été. Mais la France se méfie toujours des Argentins. Et je ne doute pas qu’ils prennent les Pumas avec le même sérieux que l’Australie". Même privés de cadres à l’instar du troisième-ligne Juan Fernandez Lobbe (ischio-jambiers) ou du deuxième-ligne Pato Albacete (choix du sélectionneur), les Pumas, actuellement dixièmes au classement IRB, seront en quête d’une cinquième victoire sur le sol français (la dernière victoire de l’Argentine en France remonte au 19 octobre 2007 lors du match pour la troisième place en Coupe du monde, NDLR).

Le centre des Pumas, Horacio Agulla, contre l'Italie - novembre 2014

Le centre des Pumas, Horacio Agulla, contre l'Italie - novembre 2014Icon Sport

0
0