Australie France - Fulgence Ouedraogo juin 2014 - AFP
 
Article
commentaires
Test Match

Australie-France (50-23), l'antisèche - Maintenant, on se pose des questions ?

Maintenant, on va se poser les bonnes questions ?

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 07/06/2014 à 15:27 -
Par Clément Mazella - Le 07/06/2014 à 15:27
50 points encaissés lors du premier test en Australie, c’est difficile à accepter. Surtout que le Mondial approche à grand pas. Le chantier est colossal pour PSA.

Le jeu: Les Bleus ont pris une leçon de rugby

Les Australiens n’ont eu que cinq petits jours de préparation. Pourtant, ce sont bien les Wallabies qui ont donné la leçon ce samedi à Brisbane. Le constat est donc encore plus cruel pour les Bleus qui n’ont su rivaliser qu’un quart d’heure avant de s’écrouler. Liquéfiés physiquement, les hommes de Saint-André ont été rapidement dans le rouge et n’ont fait que subir devant des Australiens pas forcément géniaux mais qui s’appuient sur un véritable fond de jeu.

Performante dans la conservation du ballon, dominatrice dans les un contre un, l’Australie a trop facilement trouvé des brèches dans une défense française amorphe. Le XV de France a craqué à sept reprises et la défaite aurait pu être encore plus lourde si les Wallabies n’avaient pas fini les dix dernières minutes en roue libre. Cette équipe française a fait peine à voir.

Les joueurs: Folau s’est baladé, Mas et Le Bourhis tétanisés

Au cœur d’une telle débandade, rare ont été les Bleus à éviter le naufrage total. Chouly et Le Roux ont été les seuls à tirer leur épingle du jeu. Maestri, lui, s’est donné dans les rucks et en défense. Slimani et Parra ont assuré lors de leur entrée. En revanche, première très difficile pour Félix Le Bourhis, tétanisé par l’enjeu et fébrile sur l’essai de Toomua. Nicolas Mas ne gardera pas un bon souvenir de son premier capitanat, dominé en mêlée fermé et dépassé par les évènements. Vahaamahina a été fantomatique, Ouedraogo rapidement émoussé et Domingo pris en mêlée. S’il a beaucoup tenté en première période, Fofana a fait preuve d’un incroyable déchet en attaque comme en défense dans le second acte.

Côté australien, Folau a prouvé une nouvelle fois qu’il avait un talent fou. Il ne faut laisser aucun espace à ce joueur. Hooper a rayonné dans le pack australien, tout comme Slipper qui a été une bonne surprise en mêlée. Carter et Simmons ont constitué un bel attelage. A la mêlée, White a très bien animé alors que Kuridrani a souvent trouvé la faille au centre du terrain.

Nicolas Mas - pays de Galles France - 21 février 2014
Nicolas Mas - pays de Galles France - 21 février 2014 - Icon Sport

Le tournant qui n’a pas eu lieu: la première mèche des Bleus

Le premier quart d’heure des Bleus est l’une des rares satisfactions de la partie. Celui-ci est symbolisé par cette très bonne action où Huget sollicite une remise à l’intérieur de Michalak. Fickou poursuit l’action mais sa sautée mal ajustée pour Le Bourhis permet à la défense australienne de revenir rapidement sur l’ailier de l’UBB. Dommage, les Bleus auraient pu marquer et prendre confiance. Ce fut tout le contraire.

Le tweet qui relance le débat: l'éternelle chimère

Dès qu’il y a une défaite des Bleus, le débat ressurgit. Pour certains, la faillite du XV de France provient du Top 14 et la trop grande présence de joueurs étrangers. Il y a du vrai... mais aussi du faux.

La stat: 27

Les Bleus ont évité le pire. Cette défaite en Australie par 27 points d’écart n’est pas la plus lourde de leur histoire face aux Wallabies. Seulement la troisième… Comment oublier le 16-59 au Stade de France en novembre 20010 ? En 2008, les Bleus avaient encaissé un 40-10… à Brisbane. Un lieu qui ne réussit vraiment pas aux Bleus.

La question: Où est le jeu des Bleus ?

Une nouvelle fois, les Bleus ont semblé limités offensivement. Les deux essais n’arrivent qu’en fin de match, dont un accordé après une mêlée enfoncée. Mais le mal n’est pas nouveau. Cela fait bien trop longtemps que les hommes de Saint-André ne prennent que peu d’initiatives sur leurs attaques. Ce samedi, ils ont pu avoir un petit aperçu de ce qu’est le haut niveau. Les Australiens ont multiplié les combinaisons intéressantes. Par dix fois ils ont franchi et marqué au total sept essais. Et surtout, on a eu l’impression que les Wallabies n’avaient pas forcé leur talent. Le travail semble donc colossal pour Saint-André et son staff. Mais le temps presse, le Mondial n’est que dans quinze mois. Et avant de penser à la Coupe du monde, les Bleus devront réagir et se remettre la tête à l’endroit pour les deux derniers tests. Histoire d’éviter la tournée catastrophe. "On manque de patience en attaque, on a du mal à avancer sur les ballons lents. On a une semaine pour travailler", constatait dès la fin du match PSA. Après les paroles, il serait bien de voir des actes…

 
 

commentaires


  • bou_ju16/06/2014 07:57

    Tout à fait d'accord. Il nous faudrait absolument un système permettant de lier un club de l'élite avec un club de ProD2 et permettre aux jeunes de jouer en ProD2, niveau tout de même meilleur que le championnat espoir, pour aider les jeunes à progresser.

  • frominic15/06/2014 19:18

    Oui c'est pour ça qu'il faut développer le système de prêt, ce serait du gagnant gagnant pour les joueurs qui pourront s'aguérir et pour les promus ou club du ventre mou du championnat

  • bou_ju15/06/2014 18:44

    Ah mais si on parle de la même chose: la formation. Mais, je ne pense pas que ça explique tout. On a des joueurs jeunes avec des supers potentiels. Mais pour confirmer, ils ont besoin d'autre chose que d'un championnat espoir, et de quelques bouts de matchs par ci par là avant leur 22/23ans. Nos équipes de jeunes, au tournoi 6 nations, ont fait de bons parcours. On l'a gagné à 2 reprises, on fini 2eme à 2 ou 3 reprises. Donc le potentiel, même si notre formation est moins bonne indéniablement, il y est. Mais au lieu de leur laisser du temps de jeu pour confirmer, et devenir de bons joueurs, toutes les équipes préfèrent prendre des étrangers confirmés. L'exemple encore marquant, et très récent: toulouse et tolofua. Il a un potentiel énorme, est jeune , surtout à son poste. Il a besoin d'être encadré par un joueur expérimenté, mais si on veut le voir progresser, il faut qu'il soit n°2. Au lieu de ça, toulouse fait venir un all black, en complément d'un sud af (certes blessé pour le début de saison). Quand les 3 talons seront dispo, Tolofua sera assurément n°3; Comment pourra-t-il s'améliorer s'il ne joue que 20min tous les 5 matchs?