Déception de Vincent Debaty - Australie France - 7 juin 2014 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Tournée de juin du XV de France en Australie - A Melbourne, ce sera le sursaut ou le calvaire

A Melbourne, ce sera le sursaut ou le calvaire

Par AFP
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 08/06/2014 à 11:06 -
Par AFP - Le 08/06/2014 à 11:06
Le XV de France compte désormais sur la rentrée de ses réservistes pour apporter expérience et assise défensive lors de son deuxième test-match contre l'Australie, après avoir été surclassé aux quatre coins du terrains samedi à Brisbane (50-23).

Un terrible manque de maîtrise

Le constat est cruel: au-delà de la 20e minute, la prestation française s'est délitée complètement et les joueurs n'ont pas su renouer à temps le fil de la partie. "On ne pensait pas, même avec une équipe remaniée, même avec des jeunes, être aussi loin hier", confesse le manager Philippe Saint-André. "Depuis trois ans, on n'a pas gagné énormément de matchs mais on était toujours près. Je ne suis pas le premier entraîneur à prendre 50 points dans l'hémisphère sud, mais ça donne mal à la tête", ajoute-t-il.

Les Bleus ont pourtant effectué une entame prometteuse, dans le tempo et trouvant des brèches. "On ne peut pas dire qu'on est venu là en touriste avec les claquettes et le sombrero, surtout quand tu vois le début de match", remarque Saint-André. Mais comme souvent, les graves carences dans la finition ont été rédhibitoires. "Les Australiens nous franchissent 12 fois sur le match, on les franchit 8 fois, mais on n'a pas la même efficacité", déplore encore PSA. Au final, les Wallabies ont marqué sept essais, les Bleus deux seulement, dont un de pénalité derrière une mêlée conquérante.

Mis sous pression, le XV de France a donné l'impression de se liquéfier au lieu de réagir, preuve que la période d'apprentissage est loin d'être finie. Résultat: "On a perdu notre justesse technique, on a joué dans l'urgence et on a mal réalisé des choses basiques", souligne Saint-André en évoquant des "fautes de poussins". Pour le prochain match, l'encadrement attend donc "beaucoup plus de solidité mentale" de ses joueurs. Mais que la maturation de ce groupe est laborieuse !

La défense en questions

L'encadrement avait innové sur ce match en instaurant une défense inversée destinée à annihiler la profondeur prise par les trois-quarts australiens. Un système assez commun, puisque comme le souligne PSA, "beaucoup de clubs en Top 14 et tous les pays le pratiquent". Mais la défense inversée requiert aussi une impeccable discipline collective qui a échoué sur la pelouse du Suncorp Stadium.

"Ce qui nous a tués, c'est de louper 35 plaquages, égrène Saint-André. A ce niveau-là, ce n'est pas possible". "Il y a eu un manque dans le un contre un en première période, précise-t-il. Et c'est inadmissible que sur des plaquages à deux les Australiens arrivent à faire des passes après contact. Il va falloir bosser notre technique de plaquage". Frustrant, toutefois, de devoir encore effectuer ce travail élémentaire avec des joueurs confirmés. Dimanche, PSA indiquait ne pas encore savoir s'il poursuivrait l'expérience de ce type de défense. Mais peut-on vraiment s'en passer à 15 mois du Mondial, alors qu'elle fait partie du bagage minimum d'une équipe ?

Objectif rédemption à Melbourne

Pour le deuxième test, il est certain que le XV de départ va être remanié. "Il va y avoir des joueurs qui vont rentrer, on va avoir une équipe avec plus d'assise et plus d'expérience", promet Saint-André. "Certains hier (samedi) ont montré leurs limites à ce niveau-là (...), où chaque erreur est payée cash", ajoute-t-il, en référence à peine voilée à l'ailier Félix Le Bourhis, auteur d'une première sélection très décevante.

Il faudra avant tout récupérer des joueurs capables de mettre le XV de France dans l'avancée, en gagnant les duels. En ce sens, le centre Mathieu Bastareaud comme l'arrière Brice Dulin devraient débuter, deux semaines après avoir disputé la finale du Top 14. De même, le demi de mêlée Morgan Parra, dont l'entrée en jeu en fin de match a apporté du caractère, est pressenti. La question tournera autour du retour du capitaine Thierry Dusautoir, qui se sentait encore trop juste au niveau international la semaine dernière après une longue blessure à un biceps. De même, il s'agira de juger de l'état de forme de l'ouvreur de Castres Rémi Tales, dont le coup de pied et les garanties défensives pourraient apporter de la sérénité.

Félix Le Bourhis, à l'échauffement avant Australie-France - 7 juin 2014
Félix Le Bourhis, à l'échauffement avant Australie-France - 7 juin 2014 - Icon Sport
 
 

commentaires


  • Bestiassou14/06/2014 22:04

    Toute l'année, tu pilotes un Cesna, ton patron t'appelles: la semaine prochaine, tu vas piloter pour la patrouille de france... avec un alpha jet. Ah oui, y aura aussi de nouveaux équipiers dans la patrouille et le meeting aura lieu devant tous les chefs d'état étrangers. Mais, bon, je crois en toi et on est tous derrière toi. Tu dis non à ton patron alors que t'as rêvé toute ta vie de la patrouille de France? Et le lundi, après le meeting raté, t'es déçu, t'as honte, tu t'excuses auprès des gars de ta boite... et là, ton patron te convoques et te vires devant tous tes collègues et les caméras de la France entière.

  • alainbaque13/06/2014 18:51

    @Bestiassou PSA a "cassé" Le Bourhis, en le sélectionnant à un poste différent de celui qu'il occupe en club Si en plus il le casse auprès des médias, il peut ruiner sa carrière Internationale ! Vraiment je ne comprends pas ses choix, et ça depuis le début de sa prise de fonction. Il devrait démissionner !

  • girolamo7609/06/2014 20:06

    On va en (re)prendre une bonne et le staff va devoir démissionner !