Ben Alexander - australie - 27 novembre 2010 - Icon Sport
 
Test Match

Tournée 2013, Lions britanniques-Australie, Ben Alexander: "Fiers de notre mêlée"

Alexander: "La mêlée est devenue une lutte tactique"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/06/2013 à 10:09 -
Par Midi Olympique - Le 28/06/2013 à 10:09
Pour sa cinquantième sélection, le pilier droit des Wallabies, Ben Alexander, espère que son équipe saura, comme au premier test, prendre le dessus sur les Lions dans l'épreuve de force.
 

Vous allez devenir ce week-end le quatrième pilier de l'histoire du rugby australien à atteindre les 50 sélections, depuis vos débuts contre la France en 2008. Cela confère-t-il à ce match une dimension émotionnelle particulière ?

Ben ALEXANDER: Ma première sélection était déjà inespérée, jamais je n'aurais imaginé monter jusqu'à 50. Mais ce qui m'intéresse ce week-end, c'est de gagner. Nous avons vu la semaine dernière que sur la moindre erreur, au moindre plaquage manqué, nous avons été punis.

Le premier test, qui vous a vu dominer les Lions en mêlée fermée, vous a-t-il rendu la confiance que votre défaite contre la France, au mois de novembre, a pu ébrécher ?

B.A.: On ne peut pas toujours être parfaits, nous l'avons bien vu à plusieurs occasions, notamment au mois de novembre en France, comme vous le dites... Mais nous avons toujours eu confiance en nous. Depuis quelque temps, notre mêlée est bonne. Il faut très peu de temps pour perdre une réputation, beaucoup plus pour la refaire... C'est ce à quoi nous nous attachons depuis quatre ou cinq ans. Nous sommes fiers de notre mêlée, fiers de notre façon de l'aborder, et nous espérons que cela portera encore ses fruits samedi, face à des joueurs habitués à jouer le Six Nations.

Lors du match Brumbies-Crusaders, en Super 15, M. Joubert vous a beaucoup sanctionné. Craignez-vous une sévérité particulière à votre égard ?

B.A.: Nous avons bien sûr analysé le match Brumbies-Crusaders, qui l'a vu beaucoup sanctionner les entrées anticipées. Il faudra être très vigilant à ce sujet, car la mêlée est devenue une lutte très tactique. Cela s'annonce une grosse bataille.

Les Lions ont perdu dans la semaine Paul O'Connell sur blessure. Ce genre de facteurs peut-il booster la confiance des Wallabies ?

B.A.: Le fait que les Lions aient perdu O'Connell est évidemment une bonne nouvelle pour nous. C'est un joueur très important, dans le leadership bien sûr, mais qui va surtout très haut en touche et pousse très fort en mêlée. C'est une grosse perte pour eux.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×