FRANCE v SOUTH AFRICA - JOOST VAN DER WESTHUIZEN - 30 novembre 1996 - DPPI
 
Article
commentaires
Test Match

Springboks, Joost Van der Westhuizen sait que "chaque jour pourrait être le dernier"

Van der Westhuizen sait que "chaque jour pourrait être le dernier"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/08/2013 à 15:54 -
Par Rugbyrama - Le 22/08/2013 à 15:54
Champion du monde 1995, l'ancien Springbok, Joost Van der Westhuizen, a annoncé être atteint d'une maladie neuropathologique mortelle. Ses jours sont comptés.

Joost van der Westhuizen, 42 ans, l'ancien demi de mêlée vedette et capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud, est en fin de vie, souffrant depuis deux ans d'une neuropathologie mortelle, a-t-il annoncé mercredi. "Je réalise que chaque jour pourrait être le dernier, a-t-il déclaré à la BBC. Cela a été une alternance de hauts et de bas depuis le premier jour, et je sais que désormais je suis sur mon lit de mort". Sa maladie, incurable, attaque le système nerveux, entraînant difficultés d'élocution et paralysie, y compris des voies respiratoires... Les médecins lui avaient donné de deux à cinq ans à vivre lorsqu'ils ont diagnostiqué le mal, en 2011. Aujourd'hui, il est en fauteuil roulant, peine à articuler ses mots et peut à peine porter la nourriture à sa bouche. Van der Westhuizen, champion du monde en 1995, a marqué 38 essais en 89 sélections, jusqu'à sa retraite en 2003.

DPPI

"Je suis très positif"

Il a été très médiatisé aussi par la diffusion "fuitée" d'une vidéo de ses ébats avec une prostituée, en 2009. Son épouse avait obtenu le divorce, et le scandale lui avait coûté son contrat de consultant pour la chaîne de TV sud-africaine SuperSport. Aujourd'hui, il consacre beaucoup de son temps à ses deux enfants, Jordan, 7 ans, et Kylie, 5 ans, et à la Fondation J9 qu'il a créée pour informer le public sur ce type de maladie. "J'ai conduit ma vie à cent à l'heure. J'ai appris que, dans la vie, nous considérons trop de choses comme acquises, et que nous comprenons seulement lorsque nous les perdons", a-t-il poursuivi. "J'ai eu mes hauts et mes bas, sans plus. Je crois fermement qu'il y a un but plus important dans ma vie, et je suis très positif, très heureux", a-t-il affirmé.

"Aujourd'hui, je peux parler sans détours des erreurs que j'ai commises, car je sais que ma foi ne va ni me quitter ni diminuer. C'est seulement quand on passe par là où je passe maintenant qu'on comprend que la vie est généreuse", a-t-il conclu.

DPPI
 
 

commentaires


  • Jolipapa12/10/2013 15:45

    élégant et efficace comme sur le terrain, je l'admire encore dans ces moments difficiles.

  • boniga23/08/2013 22:29

    Pensez à Anquetil très beau vainqueur du tour de France plusieurs fois et mort jeune et à Poulidor" éternel second" mais toujours vivant!!!!

  • pantx23/08/2013 14:41

    Quelle machine sur un terrain de rugby et quel grand monsieur !!!!