Charles Piutau - France Nouvelle Zélande - novembre 2013.jpg - Icon Sport
 
Test Match

France-Nouvelle Zélande, l'antisèche - Les All Blacks n'auront eu besoin que de deux occasions

Les All Blacks n'auront eu besoin que de deux occasions

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/11/2013 à 11:09 -
Par Rugbyrama - Le 10/11/2013 à 11:09
FRANCE-NOUVELLE-ZELANDE (19-26), L'ANTISECHE: notre analyse, nos choix, notre mauvaise foi. Pour l'emporter, les All Blacks se sont appuyés sur leur réalisme afin de venir à bout des Bleus.
 

LE JEU: Les Blacks, sans dominer

On avait promis l’enfer aux Bleus face aux Néo-Zélandais, ils ont relevé le défi proposé par les champions du monde dans le combat. Mieux que cela, les Tricolores auront poussé dans leurs retranchements les coéquipiers de Richie McCaw. Et s’ils auraient pu être sonnés par les deux essais inscrits en seconde période par les All Blacks, les Français ont prouvé qu’ils avaient du caractère et des ressources, notamment grâce à une mêlée qui a été très satisfaisante.

Car il faut bien avouer que les champions du monde se sont contentés du service minimum pour venir à bout d’un XV de France coriace. Sans forcément briller et en étant même dominés dans la possession (39%), les All Blacks ont pourtant fini par faire plier deux fois la défense française, faisant preuve d’un réalisme glacial. L’avantage pris, les Néo-Zélandais ont mis les barbelés devant leur ligne d’en-but. Des éclairs de génie et une grosse défense : voilà la recette des All Blacks ce samedi.

LES JOUEURS: La classe de Piutau

Malgré un petit gabarit et des chandelles empoisonnées des Néo-Zélandais, l’arrière de Castres, Brice Dulin, a livré une copie de bonne facture, relançant souvent à la main et ne cédant pas à la pression. Titularisé en troisième ligne pour embêter les All Blacks dans les rucks, Wenceslas Lauret s’est avéré précieux. Au centre, Wesley Fofana (8 plaquages) et Florian Fritz (9) ont relevé le défi physique proposé par leurs adversaires. A l’ouverture, Remi Tales est également à créditer d’une bonne prestation, attaquant sans cesse la défense adverse mais plaquant aussi à tour de bras. Bonnes entrées en jeu de Rabah Slimani et Gaël Fickou. Bilan contrasté pour Yoann Huget et Damien Chouly.

Auteur d’un essai après déposé Huget à la course, l’ailier Charles Piutau a certainement été l’homme de la rencontre. Il s'est même permis un geste de grande classe pour offrir sur un plateau le second à Kieran Read, le troisième ligne. Détrônant Julian Savea, habituel titulaire au poste d'ailier, le jeune joueur des Blues (22 ans) a été tout simplement étincelant. Et que dire de Brodie Retallick (17 plaquages) et Richie McCaw (14), si précieux en défense. On en oublierait presque les prestations de haute volée fournies par Liam Messam, Kieran Read et Sam Whitelock. A l’arrière, Israel Dagg aura été très propre. Enfin, Aaron Cruden s’est montré à son avantage après avoir remplacé Dan Carter.

Icon Sport

LE TOURNANT QUI N’A PAS EU LIEU: Et Chouly se fit retourner

A cinq minutes du terme, les Bleus poussaient pour égaliser (19-26). Après un groupé pénétrant, le troisième ligne clermontois, Damien Chouly voyait la ligne d'en-but et filait à l'essai. Du moins, c'était ce qu'il croyait puisque Israel Dagg, bien aidé par Tawera Kerr-Barlow, retournait le Français sur le dos, l'empêchant d'aplatir. La suite, on la connait...

LA STAT

71.- C’est le pourcentage au pied du demi de mêlée et buteur français, Morgan Parra. En première période, il manqua deux pénalités, dont une largement dans ses cordes et avant la pause (37e). Les Bleus auraient ainsi pu basculer en tête à la mi-temps. Au total, il a réussi 5 tentatives sur 7.

LE TWEET QUI A TOUT COMPRIS: La chistera, tout un art

Sur le deuxième essai marqué par les All Blacks, les Twittos ont semblé apprécier le geste de génie de Charles Piutau, l’ailier néo-zélandais élu homme du match qui, plaqué par deux Français, est parvenu à faire une chistera pour servir Kieran Read (65e).

DPPI

LA DECLA: Thierry Dusautoir, capitaine de l’équipe de France

"Ce qui caractérise les All Blacks, c'est leur réalisme. On leur a donné deux opportunités de marquer des essais et ils les ont marqués. On ne peut pas espérer qu'ils soient moins bons un jour. Il faut faire un match parfait. C'est frustrant de voir qu'on leur sert un peu les deux essais, même si le deuxième vient d'un geste de trois-quarts exceptionnel. L'ensemble des joueurs a répondu présent ce soir. Mais il reste cette frustration qui est toujours là. Depuis juin, on pense avoir la capacité de les battre. On n'a pas encore réussi ce soir..."

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×