Kieran Read - Nouvelle Zélande 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Test Match

Kieran Read: "Un des boulots les plus importants de Nouvelle-Zélande"

Read: "Un des boulots les plus importants de Nouvelle-Zélande"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/06/2013 à 12:50 -
Par Midi Olympique - Le 02/06/2013 à 12:50
Promu pour la première fois capitaine des All Blacks, le numéro 8 Kieran Read confie se préparer à affronter la grande équipe de France. Sans forcément la connaître dans le détail.

Vous devriez honorer votre premier capitanat avec les All Blacks. Qu’est-ce que cela représente pour vous?

Kieran READ: C’est un immense honneur. Pour moi, mais aussi pour ma famille. Être sélectionné avec les All Blacks est déjà quelque chose de fabuleux. Alors en être le capitaine... C’est certainement un des boulots les plus importants de Nouvelle-Zélande!

Comment vous êtes-vous préparé à tenir ce rôle?

K.R: Je veux juste être moi-même. Je ne vais pas me trahir. J’ai effectué un gros boulot pour revenir avec les Crusaders. Désormais je suis de retour et je peux me concentrer sur les All Blacks. Mais je ne veux pas trop changer mes habitudes.

Que craignez-vous de ces trois tests contre la France?

K.R: Le challenge va être immense. La France est une équipe capable d’élever son niveau de jeu pour battre n’importe quelle équipe dans le monde. On se prépare en conséquence.

C’est aussi une équipe à deux visages, capable du pire comme du meilleur...

K.R: Il faut qu’on se prépare à affronter la grande équipe de France. Ils vont donner le meilleur d’eux-mêmes à travers un jeu physique. C’est ce à quoi on s’attend et ce pour quoi on se prépare.

Que savez-vous de cette équipe de France, où beaucoup de joueurs devraient connaître leur première sélection?

K.R: Nous ne nous sommes pas encore penchés sérieusement sur l’équipe de France. Mais ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Ils vont mélanger des joueurs de qualité et d’expérience avec des joueurs venus avec beaucoup d’ambitions. Tous ces jeunes viennent en Nouvelle-Zélande pour jouer une carte importante. Le défi sera important pour nous.

La finale de la dernière Coupe du monde peut-elle encore être dans la tête des joueurs?

K.R: Je n’en suis pas sûr. Évidement, ce sera la première fois que l’on se retrouvera depuis cette finale. Mais pour nous, la page est tourné. On est focalisé sur le présent, sur ce qu’on fait cette saison. La Coupe du monde, c’était il y a deux ans! Le public verra peut-être cela comme une revanche mais nous préparons une série importante. Pas une revanche.