1208_11semaines pour un gros travail - Eurosport
 
Article
commentaires
Test Match

"Le XV de France est la vitrine de notre rugby"

"Le XV de France est la vitrine de notre rugby"

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 09/12/2011 à 01:41 -
Par Eurosport - Le 09/12/2011 à 01:41
A la veille de la conférence de presse au cours de laquelle il officialisera son encadrement à la tête du XV de France, le nouveau sélectionneur Philippe Saint André était l'invité d'Eurosport. Il y a défendu les idées qui seront à la base de son travail. La suite vendredi à 11h45.

En attendant sa conférence de presse de ce vendredi à 11h45, Philippe Saint André vient de donner, ou confirmer, quelques bases de la politique qu'il impulsera à la tête du XV de France. Le nouveau sélectionneur, qui s'apprête à officialiser son encadrement s'est livré jeudi sur le plateau de l'émission Au Contact sur Eurosport. L'ancien manager de RC Toulon est d'abord revenu sur sa nomination qui l'a plutôt surpris. En tout cas plus qu'aurait pu l'être un tel évènement il y a quatre ans. En 2007, Marc Lièvremont avait pris la tête du XV de France alors que PSA était "un des favoris" selon ses termes.

Saint André surpris par sa nomination

L'intéressé reprend : "Cette année, après une saison difficile à Toulon, j'étais concentré sur le début de ce nouvel exercice, jusqu'au coup de fil de quelqu'un de la fédération que j'ai reçu. Il m'a demandé si je voulais le poste." Deuxième dans la balance, après Guy Novès qui a refusé, et devant Fabien Galthié, l'entraîneur passé par Sale ne pouvait "pas refuser." Il enchaîne : "Ce n'est pas une fin en soi, mais c'est une suite logique quand tu entraînes des équipes de haut niveau que d'arriver à la tête de équipe de France."

Mais celui qui a été ailier du XV de France est avant tout porté vers l'avenir. Au cours de l'émission, il a parlé du travail qu'il mène à Marcoussis, deux à trois jours par semaine depuis deux mois. "Nous attaquons un gros travail sur la vidéo par exemple. Nous suivrons une soixante de joueurs ainsi que les résultats des grandes nations." Au cours "des dix ou onze semaines" pendant lesquelles il compte, avec son staff, disposer des joueurs, il souhaite également "profiter de la technique, en travaillant au maximum avec le GPS." Il a notamment ajouté qu'il ferait très attention à la santé des joueurs qui ont "des saisons très longues".

"Tout le rugby français doit aller dans le même sens"

Plus important, le Drômois de 44 ans, souhaite, tous les mois de novembre d'ici la Coupe du monde, affronter trois nations majeures. "On a fait trois finales de Coupe du Monde mais on est la seule à n'avoir jamais été championne du monde, explique-t-il. En fait, on a du mal à enchaîner trois matchs de haut niveau dans les phases finales. C'est ce qu'il faut faire au mois de novembre afin de s'y habituer." Mais PSA ne pourra pas mettre ça en place tout seul. "Il faut que tout le rugby français aille dans le même sens, ajoute-t-il. La vitrine du ce sport dans notre pays, c'est quand même l'équipe de France."

Plus concrètement, il a répété vouloir "s'appuyer sur la base des mondialistes pour former sa nouvelle équipe. Mais afin de préparer 2015, l'objectif majeur, il faudra trouver une bonne osmose entre cadres actuels et nouveaux. Après, l'équipe de France doit surtout sélectionner les meilleurs. Il ne faut pas oublier que c'est un Graal de porter ce maillot avec le Coq." Mais il a montré qu'il ne faudrait pas trop lui en demander dès les premiers matches. "Avant la première rencontre du Tournoi contre l'Italie, nous aurons seulement cinq entraînements avec les joueurs." A moins que les premiers sélectionnés de l'ère PSA ne se retrouvent en stage quelques jours avant ? Cette question, Saint-André y répondra seulement vendredi, à 11h45. Un rendez-vous où cours duquel il précisera également le projet de jeu. C'est à suivre en direct sur notre site.