AFP

Rugby - Comment la France va-t-elle battre la Roumanie ?

Comment la France va-t-elle battre la Roumanie ?

Le 22/09/2015 à 15:00Mis à jour Le 24/02/2016 à 13:11

COUPE DU MONDE - Après sa victoire face à l'Italie, la France est opposée à la Roumanie. Une équipe plus faible sur le papier mais qui a déjà battu les Bleus 8 fois dans l'histoire. Comment le XV de France peut-il faire pour remporter un match largement à sa portée ? La réponse en s'appuyant sur les données de ces 12 derniers mois.

1. Déplacer le combat

Les chiffres - Caricatural ou non, le jeu de la Roumanie est rude. Il n'est même presque que ça. Plus de la moitié des essais roumains sont marqués par des avants (53%, contre seulement 36% pour les Bleus). Un indice, pas une preuve. Pour se convaincre ? Les chiffres encore et toujours : 351 kg. A eux trois, Ion, Lazar et Turashvili dépassent allègrement la petite moyenne italienne (324 kilos). Une densité à laquelle Philippe Saint-André a déjà répondu en alignant la première ligne la plus lourde possible ou presque : 367 kilos !

Comment - La première clef pour le XV de France sera sa capacité à mettre du volume. A enchainer les temps de jeu en jouant le plus large possible. Une solution à laquelle on pourrait croire tout d'abord en voyant un duo Welsey Fofana- Gael Fickou aligné. Une paire qui avait été essayée face au Tonga en 2013 et face à l'Australie en 2014. Une idée de déplacement à laquelle nous pouvons croire avec l'association de Fulgence Ouedraogo et de Yannick Nyanga. Deux joueurs au profil similaire, très à l'aise au large, et qui pourront assurer la continuité même après plusieurs temps de jeu large-large.

Yannick Nyanga (XV de France) - 19 juillet 2015

Yannick Nyanga (XV de France) - 19 juillet 2015Icon Sport

2. Attention, équipe d'artilleurs

Les chiffres - Avec quatre buteurs de talent dans les 23 et trois sur le pelouse, la Roumanie est capable de répondre à un duel de coup de pied. Dumbrava, Vlaicu, Fercu, Calafeteanu: un quatuor qui pèse 1355 points. Plus que tous les joueurs du XV de France réunis (1012)…

Comment - Facile: ne pas se mettre à la faute. Un axe de travail majeur pour une équipe qui a concédé 17 pénalités contre l'Italie. Si jamais les Bleus en concèdent autant, la Roumanie peut rester dans le match. Et le plus grand danger est clairement de laisser croire à cette équipe roumaine que tout est encore possible à l'entrée du dernier quart d'heure.

Alexandre Dumoulin (XV de France) face à l'Italie - 19 septembre 2015

Alexandre Dumoulin (XV de France) face à l'Italie - 19 septembre 2015Icon Sport

3. Macovei, joueur à cibler

Les chiffres - Ça n'est peut-être pas le joueur le plus connu de l'effectif roumain… Mais attention: Mihai Macovei est clairement l'homme à suivre. Capitaine, excellent défenseur (une pointe à 24 plaquages en test-match face au Japon), marqueur d'essai quand il le faut, le néo-Columérin s'est imposé comme un incontournable du dispositif de Lynn Howells. Un chiffre pour démontrer l'aspect indispensable de Mihai Macovei ? Le troisième ligne a enchainé 38 titularisations sur les 39 matchs possibles depuis 4 ans. Enorme.

Comment - Il est difficile, voir impossible, de concilier la volonté de ne pas faire briller un gros défenseur et celle de mettre du volume en conservant la balle. Le meilleur moyen de ne pas mettre en avant Mihai Macovei sera certainement d'être suffisamment solide et efficace pour que la performance (ou contre-performance) du troisième ligne centre roumain ne se remarque pas trop.

Mihai Macovei (Roumanie)

Mihai Macovei (Roumanie)Icon Sport

4. Faire oublier l'expérience

Les chiffres - Le rugby roumain, c'est seulement 8000 licenciés. Un manque de profondeur qui pousse Lynn Howells à s'appuyer sur un groupe de joueurs restreint et expérimenté. Au coup d'envoi, les 23 joueurs roumains compteront ainsi 1082 sélections. Un record pour cette équipe en Coupe du monde. En face ? Les Bleus alignent un effectif qui en "pèse" 792, notamment grâce à Nicolas Mas et Dimitri Szarzewski (162 sélections à eux 2). Soit une moyenne française de 34 sélections par joueur contre 47 pour la Roumanie.

Comment - Une expérience internationale, certes, mais qu'il faut pondérer. Depuis 2006 et comme le souligne Hari Dumitras, les Roumains n'ont pas croisé la route du XV de France. Neuf longues années qui ne permettent pas aux deux équipes d'aborder ce match avec des certitudes. Pire: la Roumanie n'a pas joué contre une nation majeure depuis 2011 et une défaite 67-3 face à l'Angleterre. L'expérience doit apporter une certaine assurance. Mais si le XV de France met la main sur le ballon et inscrit des points rapidement, cette assurance devrait rapidement les quitter.

Morgan Parra (XV de France) - 22 septembre 2015

Morgan Parra (XV de France) - 22 septembre 2015Icon Sport

5. Ne pas laisser croire à l'exploit

Les chiffres - Après la performance historique du Japon face à l'Afrique du Sud, les nations mineurs ont trouvé un match référence. Un exemple concret qui prouve que même en étant outsider, vous pouvez remporter un match de Coupe du Monde. Cette victoire référence trotte dans la tête des entraineurs et dirigeants roumains. C'est justement pour tuer cet espoir naissant que le XV de France doit être efficace et froid.

Comment - En prenant rapidement le large au score ? C'est certain. Mais en étant surtout sérieux. Les Bleus ne doivent pas faire preuve de suffisance. C'est peut-être cela (et la qualité japonaise) qui a conduit les Springboks à perdre leur match. Pas de relance de l'en-but, pas des tentatives de combinaisons impossibles : juste jouer sérieusement et prendre les premiers points qui se présentent.

Sofiane Guitoune (XV de France) - 22 septembre 2015

Sofiane Guitoune (XV de France) - 22 septembre 2015Icon Sport

Pierre AMMICHE

0
0