Icon Sport

Super 18 - Chiefs, Lions, Dagg, Jantjies, Nadolo, Sunwolves... Un oeil sur le Super Rugby

Chiefs, Lions, Dagg, Jantjies, Nadolo, Sunwolves... Un oeil sur le Super Rugby

Le 28/04/2016 à 11:31Mis à jour Le 28/04/2016 à 14:26

SUPER RUGBY - Deux mois déjà ! Comme le temps passe vite dans le Super Rugby. Une compétition spectaculaire et excitante que nous tentons de mieux vous faire connaître. Coup de projecteur sur les retours, les révélations, et les confirmations du mois d'avril.

Après 9 matches, les deux conférences connaissent des sorts distincts : d’un côté, le groupe australo-néo-zélandais est inégal et totalement dominé par les franchises kiwis, de l’autre, le groupe "exotique" regroupant les franchises sud-africaines, argentine et japonaise est plus incertain. Mais une constante demeure : le rythme, le spectacle et les intentions de jeu sont toujours au rendez-vous. Tout comme notre sélection mensuelle.

Conférence Océano-asiatique

  • L'équipe du mois: les Chiefs

Alors oui, les Crusaders ont réussi un mois d’avril formidable. Oui, les Lions méritent d’être cités. Mais que dire de l’énorme mois d'avril des Chiefs ? Une équipe d’une maîtrise impressionnante face aux Brumbies (victoire 48-23 sur le terrain des Australiens !), qui a signé 4 victoires en 4 matches, le tout en inscrivant près de 35 points de moyenne par match.

Sur la route des Néo-Zélandais ? Les Brumbies, donc, mais aussi les Hurricanes (vice-champions), les Blues et la Western Force. Finalement, le plus impressionnant est peut-être le fait que les résultats sont au rendez-vous, malgré l’absence régulière de Brodie Rettalick, qui n’a joué que 4 matchs avec les Chiefs. Énorme.

XV type des Chiefs : McKenzie ; McNicol, Tamanivalu, Ngatai, Lowe ; (o) Cruden, (m) Weber ; Cane (cap), Leitch, Sanders ; Retallick (ou Seu), Allardice ; Moli (ou Tokolahi), Elliot, Graham.

L'arrière Damian McKenzie (Chiefs) avec ses coéquipiers Sam McNicol et James Lowe

L'arrière Damian McKenzie (Chiefs) avec ses coéquipiers Sam McNicol et James LoweAFP

  • Le joueur du mois: Nemani Nadolo (Crusaders)

Le monstre fidjien est de retour ! Légèrement décevant sur les premières rencontres, il aura fallu 4 matches à Nadolo pour lancer sa saison. Et autant pour lever les doutes naissants. Les chiffres sont comme toujours affolants avec l’ailier: 28 défenseurs battus, 18 franchissements, 17 passes après contact. Soit une obèse moyenne de 8 duels gagnés par match. Un bémol, le colosse ne s’est pas illustré que finement, en témoigne sa suspension de 4 semaines pour un plaquage déloyal. Un mal pour un bien ? Peut-être, car le futur Montpelliérain n’avait pas soufflé une seule minute depuis le début de ce Super Rugby.

Nemani Nadolo (Crusaders)

Nemani Nadolo (Crusaders)Icon Sport

  • La révélation du mois: la Nouvelle-Zélande est la meilleure

La révélation du mois ne concerne pas un joueur, mais porte bien sur une information inattendue. La Nouvelle-Zélande est la meilleure nation mondiale ! Coup de tonnerre dans le monde de l'ovalie… Plus sérieusement, l’outrageante domination des All-Blacks à l’échelle internationale n’était pas une réalité aussi concrète dans le Super Rugby. Ou en tout cas, était un peu moins cruelle. Mais le début d’année a livré un premier verdict : les Australiens sont dépassés.

Avec 5 victoires et 3 défaites, seuls les Rebels et les Brumbies luttent tant bien que mal : avant la 10e journée, 4 des 5 premières places de la conférence sont occupées par des franchises kiwies. Seuls les Blues d’Auckland n’ont pas un ratio positif (3 défaites, 3 victoires, 1 nul). Même le Super Rugby ne semble plus suffisant pour la Nouvelle-Zélande.

Les Hurricanes se congratulent

Les Hurricanes se congratulentAFP

  • Le geste du mois: le doublé d’Israel Dagg

Le retour en grâce n’aura pas mis trop de temps. Privé de Coupe du monde, oublié par Hansen, opéré de l’épaule, Israel Dagg aura mis 5 petites minutes à démontrer qu’il n’avait rien perdu de son génie. Ce mot parfois galvaudé et pourtant tellement seyant à l’arrière des Crusaders… Premier ballon face aux Jaguares ? Dagg signe une passe sur un pas pour offrir à son demi de mêlée le premier essai du match. 25e minute du match: sur un mouvement collectif parfait et face à une formation argentine réduite à 14, il conclut, sur un surnombre et sans forcer, son premier essai depuis 13 mois. Une simple mise en bouche.

Israel Dagg félicité par ses partenaires

Israel Dagg félicité par ses partenairesAFP

63e minute: Dagg étale cette fois toute sa classe, seul et sans rien devoir à personne. Turnover, il hérite d’un ballon sans décalage à 50m de l’en-but adverse. Aucun souci pour lui. Le "Croisé" prend l’intervalle qui se dessine entre Leguizamon et le second centre à pleine vitesse. Il rebondit sur le 3e ligne avant de raffuter le second défenseur. Dans le trou, il maintient sa vitesse sur 30 mètres et dépose tout le monde. Y compris l’arrière qu’il crucifie d’un cadrage débordement. Hansen peut se frotter les mains, le meilleur arrière du monde est bien Néo-Zélandais. Reste à savoir s’il s’agit de Dagg, McKenzie ou Ben Smith.

Classement Conférence Afrique du Sud-Argentine

  • L'équipe du mois: Les Lions

Tout proche, déjà, le mois dernier, cette fois les Lions se sont imposés comme la formation n°1 de leur conférence. Probablement à la faveur de leur victoire sur les Stormers, l’autre grosse formation de ce groupe. Un succès 29-22 qui conforte la bonne impression laissée l’an dernier par la franchise de Johannesburg. Une formation qui peut s’appuyer sur un groupe de joueurs peu médiatique mais redoutable : Whiteley, J.Kriel, Mapoe, ou encore Ferreira.

A noter que dans la défaite face aux Crusaders, les Lions ont encore une fois été impressionnants, avec 37 points inscrits face à ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle dans le Super Rugby. Une formation en forme qui a gagné autant de matches en 3 ans avec Ackermann à sa tête que… durant la période entre 2007 et 2012.

XV type des Lions: Coetzee ; Combrinck, Mapoe, Mnisi, Skosan ; (o) Jantjies, (m) de Klerk ; Tecklenburg, Whiteley (cap), Kriel ; Mostert, Ferreira ; Redelinghuys ,Marx, Smith.

Franco Mostert (Lions) capte un ballon en touche

Franco Mostert (Lions) capte un ballon en toucheAFP

  • Le joueur du mois: Elton Jantjies (Lions)

Difficile de mettre en lumière un joueur plus qu’un autre dans une conférence où les grandes stars ne se bousculent pas. Le leader offensif de la meilleure équipe apparait alors comme une évidence. Elton Jantjies est enfin à maturité et c’est toute sa franchise qui tourne à plein régime. A 25 ans, l’ouvreur semble jouer son meilleur rugby. Avec 109 points inscrits, il est à l’heure actuelle le 2e meilleur réalisateur du Super Rugby derrière Damian McKenzie.

Un joueur qui a déjà donné 7 passes décisives ! Le demi d’ouverture sud-africain pourrait taper dans l’oeil du nouveau sélectionneur national, dans la mesure où ni Pollard, ni Lambie (blessés tous les deux), ni Steyn (en disgrâce à Paris) ne semblent en mesure d’être convoqués dans les mois à venir. Un retour en grâce pour un joueur qui avait connu les Springboks en 2012 à deux reprises, à seulement 21 ans.

Elton Jantjies (Lions)

Elton Jantjies (Lions)Icon Sport

  • La révélation du mois: Sergeal Petersen (Cheetahs)

Ça n’est ni le plus costaud -1m71, 80 kilos- ni le plus connu et pourtant, Sergeal Petersen est en train de s’imposer comme l’un des poids lourds de cette saison de Super Rugby. L’ailier des Cheetahs est tout simplement en passe de devenir une solution crédible à l'aile de l’équipe d’Afrique du Sud. Avec ses 6 essais en 8 matches -dont un triplé face aux Sunwolves- et ses 3 passes décisives, il est le joueur impliqué dans le plus d’essais de sa conférence avec E.Jantjies.

Le plus fou ? Il n’a que 21 ans et n’est titulaire indiscutable que depuis quelques semaines. Un joueur qui pourrait voir sa carrière décoller grâce à son talent…et malheureusement pour lui, peut-être aussi grâce à la politique sud-africaine, qui veut donner la priorité aux joueurs de couleur dans les années à venir. Toujours délicat quand le politique se mêle au sportif.

Sergeal Petersen (droite) à la lutte avec Mifiposeti Paea dans les airs lors de Cheetahs-Sunwolves

Sergeal Petersen (droite) à la lutte avec Mifiposeti Paea dans les airs lors de Cheetahs-SunwolvesAFP

  • Le geste du mois: la victoire des Sunwolves

Un mois d’avril à deux visages pour la franchise japonaise. D’abord humiliés 92-17 sur la pelouse des Cheetahs, c’est moins d’une semaine plus tard que les joueurs de Mark Hammett vont entrer dans l’Histoire du Super Rugby. Le chemin aura été long et compliqué. Car à la mi-temps et face aux Jaguares, les Asiatiques sont menés (13-18) sur leur pelouse. Les loups semblaient alors se diriger vers une 8e défaite en autant de matches. Mais la seconde période a été marquée par la réaction d’orgueil des locaux et par un 23-10 infligé aux Argentins.

Une première victoire pour les Japonais qui pourrait en appeler d’autre. Mais qui permet surtout aux Sunwolves de faire aussi bien que les Reds, la Force ou les Kings avec un succès en 8 matchs. Pas encore capable de jouer les premiers rôles, mais franchement pas ridicules non plus.

La joie des Sunwolves après leur premier succès

La joie des Sunwolves après leur premier succèsAFP

0
0