Icon Sport

23e journée Top 14 - La Rochelle: Une équipe, un public de feu...

La Rochelle: Une équipe, un public de feu...

Le 25/04/2015 à 09:10Mis à jour Le 25/04/2015 à 09:19

La comparaison est tentante. Si pour certains le stade Félix-Mayol de Toulon est le chaudron de la Méditerranée, celui de Marcel-Deflandre, à La Rochelle, serait celui de l’Atlantique. Avant le match entre La Rochelle et Toulon, intéressons nous, en trois points, à l’ambiance très chaude de l’enceinte rochelaise.

Un public coloré qui sait mettre le feu

Il y a deux semaines, contre le Stade français, l’ambiance avait été exceptionnelle durant les minutes précédant le coup d’envoi. La température était montée crescendo jusqu’à atteindre l’ébullition: 15.000 personnes, debout, agitant des drapeaux aux couleurs jaune et noir du club. On imagine bien les frissons qui devaient parcourir les corps des trente acteurs sur la pelouse.

En tribunes, certains font en effet le maximum pour soutenir leur équipe. A coups de grosse caisse… D’autres avec des chants dont les paroles sont évidemment à la gloire des rugbymen rochelais. "Les Jaune et Noir nous font vibrer - On va hisser haut nos couleurs - On va jouer, on va gagner…" Outre les drapeaux, certains - sous le nom des Bagnards - garnissent aussi les tribunes de leur déguisement jaune et noir. Ambiance garantie et visibilité maximale. Mettre le feu peut aussi avoir des conséquences sur le jeu. Le pilier droit et capitaine Uini Atonio l’a rappelé cette semaine. "Avec 15.000 personnes qui chantent des chansons, c’est dur ! Tu n’entends rien. Quand on annonce les touches, on est obligé d’être près les uns des autres".

Les célèbres "Bagnards" rochelais

Les célèbres "Bagnards" rochelaisIcon Sport

Un public fidèle

Les abonnés, c’est incontestablement le point fort du Stade rochelais. En toute occasion, ils sont là. "Les gens sont toujours là c’est vrai, ils y trouvent leur compte", reconnaît l’entraîneur en chef maritime Patrice Collazo. Avec 10 700 supporters abonnés, c’est l’assurance de remplir le stade. Celui de La Rochelle enregistre d’ailleurs l’une des plus belles affluences de Top 14 par rapport à sa capacité: bien au-delà des 95% d’occupation depuis le début de la saison.

De quoi faire du bien aux joueurs qui peuvent compter sur ce soutien indéfectible. "Les supporters nous permettent d’être dans un bon état esprit dès l’échauffement", fait remarquer l’ailier Alofa Alofa. "Ça fait du bien de les voir. Ils sont toujours derrière nous, même quand ça va mal. C’est une petite chose mais c’est important pour l’équipe. Ce public, c’est plus un soutien que de la pression".

Une supportrice de La Rochelle

Une supportrice de La RochelleIcon Sport

Un public qui donne de l'énergie

Le stade Marcel-Deflandre imprenable ? Non, l’UBB l’a montré en venant s’y imposer, en septembre dernier. Par contre, un stade qui rend la partie compliquée à toutes les équipes visiteuses, oui. La Rochelle ne se laisse pas faire à la maison. D’autant plus quand la ferveur de plusieurs milliers de personnes s’y mêle. Patrice Collazo le pense. "Oui, ça peut nous servir. Si on est dans le dur, dans le rouge, ça peut nous donner un supplément d’énergie. Je ne vous cache pas que les 15.000, j’aimerai qu’ils rentrent sur le terrain pour nous donner un coup de main (sourires)". Avec un bémol sur les Varois. "Le public rochelais, ça n’aura pas d’impact sur les joueurs de Toulon. Ils ont tellement l’habitude, quand ils jouent à la maison et à l’extérieur. Ils sont attendus partout".

0
0