Getty Images

RUGBY - France / Nouvelle-Zélande : Et à la fin, ce sont les All Blacks qui gagnent

Et à la fin, ce sont les All Blacks qui gagnent

Le 14/11/2017 à 20:51Mis à jour Le 14/11/2017 à 21:37

Le XV de France s'est incliné, ce mardi à Lyon, face à la Nouvelle-Zélande (23-28). Les Bleus, devant à la mi-temps (15-14), ont été nettement dominés en début de second acte, avant de finir très fort. Insuffisant pour l'emporter.

Il y a quelques semaines, Bernard Laporte avait fixé un objectif aux Bleus pour cette tournée de novembre : trois victoires en quatre rencontres. Après la défaite de l’équipe de France "A" à Saint-Denis (18-38), ce but est déjà hors d’atteinte après le revers des réservistes tricolores à Lyon. Mais leur prestation aura suscité beaucoup plus d’enthousiasme.

En tête au repos (15-14), les Bleus ont cédé dans le premier quart d’heure de la seconde mi-temps sur des réalisations de Tupulotu et Laumape. Malgré un beau baroud d’honneur avec un essai de Chavancy (74e), ils ont finalement dû rendre les armes.

Le jaune de Goodhue a relancé le suspense

La France devra donc attendre au moins un an de plus avant d’espérer battre à domicile la Nouvelle-Zélande, ce qu'elle n'a plus fait depuis17 ans et une victoire à Marseille (42-33). Au Groupama Stadium, l’équipe de France "bis" a cru pendant un bon moment y parvenir. Le doublé de Gabriel Lacroix et une pénalité de François Trinh-Duc avaient mis les Français sur de bons rails (15-14) à la mi-temps avant que la machine néo-zélandaise ne se mette en route.

Camille Chat (France) à la lutte avec Matt Dufie (Nouvelle-Zélande)

Camille Chat (France) à la lutte avec Matt Dufie (Nouvelle-Zélande)Getty Images

Au total, les Blacks ont inscrit quatre essais contre trois aux Français dans une rencontre marquée par quelques gestes néo-zélandais répréhensibles peu sanctionnés par l’arbitre anglais M. Pearce. Marco Tauleigne a ainsi dû céder sa place dès la 14e minute.

Finalement un carton jaune contre Goodhue pour un plaquage sans ballon sur Henry Chavancy a permis aux Bleus d’y croire en fin de partie. Mais les Blacks ont gagné une dernière mêlée importante, introduction Maxime Machenaud, à une vingtaine de mètres de leurs poteaux, pour s’imposer.

Macalou et Lacroix brillent

Plusieurs individualités françaises se sont illustrées au cours ce match. Après Antoine Dupont au stade de France, c’est notamment Sekou Macalou qui a brillé à Lyon.

Le troisième ligne du Stade français a sauvé les Bleus en première période en défendant bien sur Tamanivalu devant son en-but. Il a gagné aussi un ballon important sur lancer de Harris à 5 mètres de sa ligne. Et en seconde période, il a été l’auteur d’une chevauchée fantastique ballon en main qui a amené l’essai de Chavancy.

Les Français ont aussi peut-être trouvé leur ailier finisseur en la personne du Rochelais Lacroix. Grâce à sa vista, il a notamment intercepté une passe sautée sur ses 22 et a galopé ensuite sur 80 mètres pour son deuxième essai. De quoi donner du baume au cœur et des alternatives à un XV de France qui était moribond depuis sa tournée d’été catastrophique en Afrique du Sud.

Gabriel Lacroix (France) marque son deuxième essai face à la Nouvelle-Zélande - 14 novembre 2017

Gabriel Lacroix (France) marque son deuxième essai face à la Nouvelle-Zélande - 14 novembre 2017Getty Images

0
0