Getty Images

RUGBY - COUPE DU MONDE - France 2023, J-1 : dans l’attente du verdict...

France 2023, dans l’attente du verdict...

Le 14/11/2017 à 16:44Mis à jour Le 14/11/2017 à 17:36

COUPE DU MONDE 2023 - Bernard Laporte est à Londres depuis ce dimanche pour assister à l’assemblée générale et au comité exécutif de World Rugby, mais aussi et surtout pour connaitre le résultat du vote de ce mercredi qui attribuera la Coupe du Monde 2023, soit à l’Afrique du Sud, soit à la France, soit à l’Irlande.

La dernière fois que Bernard Laporte et l’équipe de France 2023 avaient arpenté les couloirs du Royal Garden hôtel de Londres, c’était pour le grand oral, le 24 septembre dernier. L’occasion de présenter officiellement le dossier à l’ensemble des votants. Depuis, World Rugby a rendu sa recommandation technique et a fait de l’Afrique du Sud son favori au détriment de la France et de l’Irlande.

Les Français (tout comme les Irlandais), n’ont pas rendu les armes. Bien au contraire. Ils se sont offusqués bruyamment de quelques "erreurs" dans le rapport de World Rugby, notamment au sujet des stades (où la France arrive deuxième), et sur la lutte anti-dopage (où la législation française serait trop dure, un comble !). Ils ont écrit aux votants, ainsi qu’à l’institution pour se plaindre et défendre leur position. En coulisses, Bernard Laporte, mais aussi Claude Atcher (la cheville ouvrière du projet) se sont démenés comme des diables pour tenter de convaincre les présidents de fédération du bien-fondé du dossier français.

Claude Atcher, Laura Flessel, Bernard Laporte, Sébastien Chabal et les fils de Jonah Lomu, Dhyreille et Brayley (France 2023) le 25 septembre 2017 à Londres

Claude Atcher, Laura Flessel, Bernard Laporte, Sébastien Chabal et les fils de Jonah Lomu, Dhyreille et Brayley (France 2023) le 25 septembre 2017 à LondresGetty Images

Les deux hommes sont arrivés à Londres dès dimanche matin, où les attendaient leurs dernières obligations officielles. Le vote à bulletins secrets est programmé pour mercredi matin, et le verdict attendu en début d’après-midi. Ce mardi, Bernard Laporte participait au comité exécutif de World Rugby. Le patron de la FFR compte et recompte les voix. Il se veut "optimiste de nature". Il a rappelé dans les couloirs du cossu établissement londonien, l’intérêt économique notamment, qu’aurait World Rugby à désigner la France.

Ce mardi soir, pendant que le XV de France défiera les All Blacks à Lyon, il sera toujours en Angleterre pour assister au diner officiel de l’assemblée générale de la fédération internationale. L’occasion de voir, une ultime fois, l’ensemble des votants. Demain, on va enfin savoir.

0
0