Rugbyrama

PRO D2 - Grenoble veut assumer son statut de "gros club" et vise les phases finales

Grenoble veut assumer son statut de "gros club" et vise les phases finales

Le 27/07/2017 à 14:15Mis à jour Le 27/07/2017 à 14:25

PRO D2 - Avec un effectif et un staff profondément renouvelés, le FCG retrouve le Pro D2 avec humilité après cinq saisons passées en Top 14. L’objectif est déjà d’être au rendez-vous des phases finales.

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

À Grenoble, le changement c’est maintenant. Un changement en profondeur. Sur les 41 éléments de l’effectif pro cette année, 18 sont des recrues. Niveau staff aussi, la nouveauté est de mise avec notamment les arrivées de Dewald Senekal et Stéphane Glas en tant qu’entraîneurs. "De voir toutes ces nouvelles têtes, c’est vraiment rafraîchissant pour nous", confie Lucas Dupont, l’un des quelques cadres à être resté malgré la descente en Pro D2. "De repartir avec un nouveau staff et de nouveaux joueurs, c’était une bonne solution pour réussir à passer à autre chose après une année aussi traumatisante."

"Ce n’est pas parce que l’on a un bon budget que forcément on va remonter cette année" (Jasmin)

Ce traumatisme est-il encore présent aujourd’hui ? "Je n’ai pas senti des joueurs trop touchés", indique Stéphane Glas. Le profond renouvellement qui s’est opéré l’explique sans doute en partie, mais l’entraîneur des arrières du FCG reste en alerte. "Les premiers matches vont être importants. Il faut essayer de stopper cette spirale négative qui a pu se déclencher l’année passée pour que la confiance revienne aussi, parce que même si les entraînements se passent bien, les joueurs ont peut-être ça dans un petit coin de la tête. Il faut être vigilant."

Jérémy Valkençot (Grenoble) - 27 juillet 2017

Jérémy Valkençot (Grenoble) - 27 juillet 2017Rugbyrama

Le FCG retrouve le Pro D2, cinq ans après l’avoir quitté. Après sa dernière saison, il doit redorer son blason. Mais évoquer un retour immédiat en Top 14 semble prématuré aux yeux des Grenoblois, alors que le championnat n’a pas encore débuté : "L'objectif est d’être dans les six premiers. Après, on verra", résume Stéphane Glas. Pour bien connaître cette deuxième division qu’il a fréquenté avec Narbonne puis Carcassonne, le néo-Grenoblois Benoît Jasmin met en garde : "Il faut rester humble et bosser. L’année dernière, plein de gros se sont cassés les dents. Ce n’est pas parce que l’on a un bon budget (13 millions d’euros, ndlr) que forcément on va remonter cette année."

Priorité à la défense

Huit ou neuf formations peuvent prétendre au top 6 dans ce championnat long et difficile. "On ne va pas être sur un format d’une équipe qui domine, comme a pu le faire Lyon il y a deux saisons. C’est assez ouvert", estime Lucas Dupont. "Le système de montées est plus difficile que les années précédentes", ajoute Stéphane Glas. "Déjà, il n’y a pas la prime au premier, et surtout, il faut jouer (pour le perdant de la finale, ndlr) contre le 13e du Top 14." L'ailier grenoblois ajoute de son côté que "les équipes vont moins s’obstiner à terminer première, parce qu’il ne faudra pas finir trop cramé puisqu’il restera au minimum une demie et une finale à jouer."

Stéphane Glas (Grenoble) - 27 juillet 2017

Stéphane Glas (Grenoble) - 27 juillet 2017Rugbyrama

Le joueur, revenu au club à l'été 2015, connaît également bien le Pro D2, où il a passé trois saisons avec le FCG : "Ce championnat est un marathon, cela va être encore plus le cas pour les équipes qui monteront. Il va falloir se préparer à ça. On fait partie sur le papier des prétendants, mais on ne veut surtout pas manquer d’humilité. On sait que ça va être dur." L’humilité est vraiment le mot-clé de cette reprise. Travailler dur aussi. "Il y a une exigence puisque même si Grenoble est redescendu en Pro D2, cela reste un gros club. On est très suivi et encadré. Cela demande d’être beaucoup plus dur envers soi-même", témoigne Benoît Jasmin.

" Même si Grenoble est redescendu en Pro D2, cela reste un gros club (Jasmin)"

Ces dernières saisons, le FCG était loué pour son jeu d’attaque mais ses carences défensives lui étaient très souvent fatales. Améliorer ce secteur est une priorité du nouveau staff. "Il faut garder de la qualité dans le jeu, mais surtout retrouver défensivement quelque chose de propre", confirme Stéphane Glas. "Après, dans le jeu, on sait que le Pro D2, parfois en plein hiver, c’est difficile. Il faut avoir un jeu bien structuré, ne pas faire n’importe quoi. Il ne faut pas prendre de contres, ne pas se mettre le danger tout de suite. On va voir comment on est sur les trois matches amicaux." Pour le premier face à Lyon vendredi (18h30 à Vienne), le FCG alignera une majorité d’anciens et de jeunes, la plupart des recrues étant au repos.

Le groupe de Grenoble - 27 juillet 2017

Le groupe de Grenoble - 27 juillet 2017Rugbyrama

0
0