Icon Sport

PRO D2 - Une nouvelle fois, Agen va devoir réagir en costaud à Perpignan

Une nouvelle fois, Agen va devoir réagir en costaud

Le 16/02/2017 à 15:40Mis à jour Le 16/02/2017 à 15:43

PRO D2 - En perdant contre Béziers sur sa pelouse d'Armandie (23-25), Agen a manqué l'occasion de monter sur la première marche du classement. Un faux pas que les Lot-et-Garonnais espèrent corriger dès ce dimanche et le déplacement à Perpignan où une réaction est attendue afin de ne pas se laisser trop distancer dans la course au titre.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Au crépuscule de la 20e journée, Agen a manqué l'occasion de ravir la première place du classement à Oyonnax. L'occasion était peut-être trop belle avec cette réception de Béziers et à Armandie et les Agenais se sont fait surprendre pour la première fois de la saison à domicile. Les joueurs de Mathieu Blin ont connu leur deuxième défaite de l'exercice 2016/2017 face aux Héraultais et cette déconvenue, qui s'est déssinée dans les dernières secondes du match, semble avoir laissé des traces.

L'entraîneur des avants Mauricio Reggiardo en a même fait des cauchemars : "J'ai eu du mal à m'endormir. Je me suis endormi à 3h30, je me suis réveillé trois ou quatre fois et je me suis levé à 7 heures. C'est une défaite qu'on a du mal à digérer", a-t-il confié à la Dépêche du Midi. Une insomnie compréhensible pour le coach argentin tant cette défaite est rageante au vu de la physionomie du match, le SUA s'inclinant en ayant marqué deux essais de plus que l'ASBH.

Mais Béziers a su faire une chose que les Agenais n'ont pas su gérer : jouer avec les éléments. "Je crois que nous n'avons pas su jouer avec le vent. Nous n'avons pas su jouer contre le vent, ni avec d'ailleurs", a tenté d'expliquer Reggiardo sans pour autant remettre en cause la volonté de son équipe de vouloir jouer. "Notre ADN, c'est de mettre du rythme. Là, il y avait toujours le petit truc pour ne pas trouver ce rythme : un ballon tombé, une mauvaise transmission, un mauvais ruck..." a-t-il concédé.

Mauricio Reggiardo - SU Agen

Mauricio Reggiardo - SU AgenIcon Sport

La défaite est là et elle fait mal à un SUA qui ne compte pas baisser les bras. Bien au contraire, à chaque fois qu'Agen a connu une rencontre difficile cette saison, les Lot-et-Garonnais ont su rapidement remettre la marche avant. "Chaque fois que nous avons été plus ou moins en difficulté cette année, nous avons bien réagi. C'était le cas après le match aller à Béziers, nous gagnons contre Albi, nous faisons nul à Vannes… À Narbonne, nous faisons un non-match et dans la foulée, on se ressaisit contre Perpignan à la maison et on gagne à Dax… Après Colomiers, on s'impose dans le derby face à Montauban… Peut-être avons-nous une équipe à réaction", hypothétise Mauricio Reggiardo.

Une seule solution : faire un gros match contre Perpignan

Faire un grand match à Perpignan ce dimanche, voilà la solution trouvée par le staff et les joueurs du SUA. Auteur d'un essai contre Béziers, le demi de mêlée Paul Abadie est clair sur les ambitions de son équipe. "Il faut relever la tête, ça ne sera pas facile car on vient de prendre un sacré coup de massue" , a-t-il résumé au journal Le Petit Bleu d'Agen. Motivé, c'est un sentiment de rachat qui anime l'Agenais avant ce déplacement en terre catalane : "On a peut-être chopé la grosse tête et je ne sais pas pour quelle raison... Pas savoir se faire deux passes, c'est une faute professionnelle."

Paul Abadie - Agen

Paul Abadie - AgenIcon Sport

Les mots employés par les joueurs et entraîneurs des Bleu et Blanc sont forts. Comme pour montrer l'ampleur de la déception d'avoir manqué l'occasion de redevenir leader. C'est donc un gros combat qui attend Perpignan à Aimé-Giral. Des Catalans qui attendent tout de même le SUA avec un peu plus de sérénité à la suite de leur deux succès consécutifs contre Bourgoin et Carcassonne. Mais les Agenais voudront frapper un grand coup, une victoire serait précieuse avant d'enchaîner avec la venue de Narbonne et un déplacement à Montauban. Bref, du costaud à 9 journées de la fin.

0
0