Pro D2 - - Pau

Pro D2, Section paloise, Karim Bougherara: "Il n’y aura pas une minute de répit"

De retour à l’entraînement après s’être blessé à une cheville lors de la victoire face à Narbonne (25-15), le pilier de Pau, Karim Bougherara, espère pouvoir disputer le choc contre Lyon samedi. Un match qui sera fort de conséquences.

 
Bougherara: "Il n'y aura pas une minute de répit" - Rugby - Pro D2Icon Sport
 

Après trois journées, Pau est invaincu. Êtes-vous en passe de réaliser le début de saison espéré ?

Karim BOUGHERARA: On fait de bons résultats, mais on espère toujours mieux. En tout cas, on est sur la bonne voie. On a réalisé un match serré à Bourg-en-Bresse (victoire 21-25). On verra bien comment va se passer le déplacement à Lyon. On fera un bilan à l’issue du premier bloc, c’est-à-dire après la cinquième journée.

Comment expliquez-vous que la Section paloise n’arrive pas à réussir ses débuts de rencontres ?

K.B.: Je ne pense pas qu’il y ait de cause particulière. Chaque équipe a son moment de flottement, que ce soit en fin de match ou juste avant la mi-temps. Nous, on a du mal à commencer les rencontres. On a besoin de cette phase d’observation. C’est sûr qu’il faut corriger cela, mais en contrepartie, ça montre aussi que l’équipe a la capacité de renverser la tendance assez rapidement par la suite. Ce n’est que le début du championnat, il faut que l'on trouve notre rythme.

Dans quel état d’esprit abordez-vous le déplacement chez l’autre invaincu, Lyon ?

K.B.: Ce match va être un vrai challenge. Comme je me suis blessé à la cheville le week-end dernier, j’ai raté les deux premiers jours d’entraînement. Mais de l’extérieur, j’ai pu constater que l’équipe a mis beaucoup d’application dans la préparation de cette rencontre. Le match amical nous a d’ores et déjà donné un avant-goût (défaite 13-12) de ce que sera cette rencontre. C’est une équipe en place, très forte physiquement, qui joue les duels. Ce match important aura forcément des conséquences.

L’année dernière, Pau échouait en finale contre Brive. Cette défaite est-elle encore présente dans les esprits ?

K.B.: Oui, et je pense que c’est un mal nécessaire. Il faut qu'elle reste, mais sans poser problème. Pour nous, ça doit être une source de motivation si l’on connaît une période de flottement. Ce revers a ressoudé le groupe. On n’est pas défaitiste, on a su se relancer.

Quel est l’objectif fixé par le staff ? Une montée en Top 14 ?

K.B.: L’objectif est la montée. Cela serait le point d’orgue de notre saison. C’est la volonté du staff et de l’équipe. On en est capable. Le Pro D2 est un championnat qui devient de plus en plus compliqué. On s’en est rendu compte lors du déplacement à Bourg-en-Bresse, ou lorsqu’on voit le jeu que Bourgoin produit. Il n’y aura pas une minute de répit.

Vous qui évoluez au poste de pilier, que pensez-vous des nouvelles règles en mêlées après trois matchs de championnat ?

K.B.: On doit s’adapter. En même temps, ce n’est pas totalement nouveau, puisque les règles changent régulièrement. Personnellement, je pense que la mêlée devient de plus en plus collective. L’ordre de poussée est un peu gênant, car je constate que l’équipe qui remporte la mêlée est généralement celle qui aura anticipé la poussée. Ce n’est pas si usant physiquement car il y a une réduction de l’impact, mais les deux packs ne sont pas forcément égaux à partir du moment où il y a une anticipation de la poussée. Mais avec le temps, on va s’y faire. 

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |