Supporters Perpignan 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Pro D2

Pro D2, A Perpignan, les penyes croient de nouveau en l'Usap

A Perpignan, les penyes croient de nouveau en l'Usap

Par Julien Puyuelo
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 09/07/2014 à 15:44 -
Par Julien Puyuelo - Le 09/07/2014 à 15:44
Coordinateur des clubs de supporters de l’Usap, Claude Sanguignol a vécu au plus près des aficionados les heures tristes du club catalan. Aujourd'hui, la tristesse est passée. La relégation de Perpignan est l'occasion de prendre un nouveau départ, sur des bases saines. Et les supporters ont hâte de revoir leur équipe sur les terrains, et d'assurer les joueurs de leur soutien, toujours présent.

Comment se sont déroulés les jours et les heures qui ont suivi la relégation ?

Claude SANGUIGNOL: Nous avons pleuré ensemble mais très rapidement les mots du président Rivière nous ont rassurés. Quelques minutes après la défaite à Clermont il a eu à la fois des mots forts et réconfortants. Il y avait un double échec, sportif et financier, et il a rapidement fait savoir qu’il allait tout faire pour sortir le club de l’ornière. Puis malgré la Pro D2, il n’a jamais été question pour les supporters de lâcher l’Usap. Chaque penyes (club de supporters) a reçu ses adhérents et tout le monde a répondu présent.

Concrètement ça représente combien de personnes ?

C.S.: Il y avait treize penyes l’an passé et le chiffre sera identique cette saison. Le chiffre de 5000 abonnés a déjà atteint et le club enregistre 20% de nouveaux abonnés (qui n’avaient jamais été abonnés avant). Cela s’explique par la baisse du tarif des abonnements mais aussi par la proximité géographique des matchs qui nous attendent, on va pouvoir organiser des déplacements pour la journée. Narbonne et Béziers notamment ravivent chez les supporters la notion des derbys et font renaître les rivalités anciennes.

Etes-vous surpris par cet engouement ?

C.S.: Non pas vraiment car après la relégation la flamme s’est vite ravivée. On finit par se dire que c’est un mal pour un bien : on sentait depuis plusieurs saisons qu’on allait dans le mur économiquement et sportivement. On sentait qu’on aurait du mal à rivaliser avec les gros, nous n’avons pas d’homme providentiel et la région a été durement touchée par la crise. Si cette année nous n’étions pas descendus sportivement nous aurions peut-être été relégués financièrement ; le cas de l’Usap atteste de la fragilité du rugby moderne.

" La septième place et la qualification européenne obtenue en mai 2013 c’est l’arbre qui cache la forêt : ici on préfère faire reculer le pack adverse plutôt que de voir des chisteras !"

Lors de ces interventions le président Rivière a insisté sur la nécessité de retrouver l’ADN du club. Diriez-vous que vous êtes sur la bonne voie ?

C.S.: J’en ai le sentiment : nous avons une équipe de qualité et les supporters répondent présents mais il faut valider tout ça par des résultats. Depuis plusieurs saisons une partie du public avait tourné le dos au club, il ne se reconnaissait plus dans le jeu pratiqué et les gens s’ennuyaient à Aimé-Giral. La septième place et la qualification européenne obtenue en mai 2013 c’est l’arbre qui cache la forêt : ici on préfère faire reculer le pack adverse plutôt que de voir des chisteras ! Nous avions perdu cet amour du combat et dans leurs discours respectifs le président Rivière et son conseiller Alain Hyardet nous ont rassurés.

La présentation de l’équipe faite aux abonnés vendredi a permis de renouer le lien avec les joueurs…

C.S.: Les supporters étaient habillés en Sang et Or ou en bleu azur et ont scandé « USAP, USAP ! » à la présentation de l’effectif. Les joueurs et l’encadrement sont restés à table avec les abonnés et ils ont pris la mesure de l’état d’esprit qui animait le club. Mais je le répète il faut maintenant valider tout ce travail par des résultats et à ce titre-là il nous tarde de voir la saison débuter.

Propos recueillis par Julien PUYUELO

Le président de l'Usap François Rivière avec les supporters - 19 avril 2014
Le président de l'Usap François Rivière avec les supporters - 19 avril 2014 - Icon Sport