Mael MOINOT - bourgoin lyon - 10 novembre 2013 - Icon Sport
 
Pro D2

20e journée Pro D2 - A Tarbes, Bourgoin entend poursuivre son redressement

A Tarbes, Bourgoin entend poursuivre son redressement

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/02/2014 à 16:41 -
Par Fabien Pomiès - Le 14/02/2014 à 16:41
Après cinq défaites de rang, Bourgoin a repris sa marche en avant la semaine passée en battant Agen. Et les Berjalliens ne comptent pas s'arrêter là.
 

La joie et surtout le soulagement. Victorieux d'Agen, deuxième du classement, le week-end dernier (12-6), Bourgoin a renoué avec le succès qui le fuyait depuis le 7 décembre 2013 et une victoire face à Béziers (19-13). Entre ces deux succès, il y a eu une terrible spirale de cinq défaites. "Ça fait du bien à la tête, l'hiver a été très rude à Bourgoin", dit joliment le pilier Pierre Gicollet. "On avait à coeur de se racheter, c'est chose faite", se félicite l'arrière Maël Moinot. Pour l'emporter face aux Agenais, les Berjalliens se sont retrouvés sur les bases. "Contre Agen, on a fait un bon match dans le combat, notre conquête a été de qualité", juge Pascal Peyron.

"A Tarbes, il s'agit de confirmer ce regain de forme et d'efficacité collective", poursuit l'entraîneur des avants berjalliens. Ce déplacement dans les Hautes-Pyrénées s'annonce délicat pour les hommes du manager Laurent Mignot. Les Tarbais, 6es, sont en pleine bourre actuellement. Peyron l'a bien noté. "Les Tarbais sont sur cinq victoires d'affilée. Aujourd'hui, il s'agit de rivaliser sur leurs qualités premières: le combat, l'agressivité sur l'homme, le défi physique. Si on commence à répondre présents à ce niveau-là, on pourra espérer peut-être récupérer un point. C'est un peu l'objectif minimum de ce match".

Moinot: "On est encore un petit"

Gicollet se veut lui plus ambitieux, même s'il est conscient des difficultés qui attendent les Berjalliens là-bas: "On y va avec des ambitions. Quand on rentre sur un terrain de rugby, on veut gagner. Ça va être compliqué mais on va s'accrocher". Moinot voit lui "un match un peu piège car il peut y avoir un risque de se relâcher, penser que c'est un peu acquis, alors que ce n'est pas du tout le cas. On a à coeur de se déplacer sereinement et continuer notre développement".

Si le CSBJ souhaite vivre une fin de saison excitante, avec éventuellement la perspective de disputer une demi-finale, il va falloir l'emporter à l'extérieur et ainsi effacer ses échecs à domicile face à Albi (9-12) et Colomiers (18-19). "Tarbes est un peu un concurrent direct pour la 5e place, souligne Gicollet (les Tarbais ont 6 points de plus que les Berjalliens, NDRL). Je pense que si on veut accrocher quelque chose, il va falloir gagner à l'extérieur. C'est des matches comme ça qu'il faut accrocher".

Si Moinot partage cet objectif de l'emporter loin de Rajon, il tempère néanmoins: "Vu qu'on était dans le wagon de tête (en décembre le CSBJ était 5e, NDRL), on s'est peut-être fixés des objectifs un peu trop élevés. Il ne faut pas oublier qu'on était promus en début de saison", rappelle-t-il. "Quand on voit qu'on arrive à battre les deuxièmes (Agen) mais qu'on perd contre Albi qui est dans les derniers (13e), ça prouve qu'on est encore un petit. On va arrêter de se fixer des objectifs trop lointains, mais prendre match après match". La voix de la sagesse sans aucun doute approuvée par ses entraîneurs.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×