Massy Langon - 28 avril 2012 - Other Agency
 
Pro D2

Massy: Le Pro D2, c'est maintenant

Massy: Le Pro D2, c'est maintenant

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/07/2012 à 18:17 -
Par Rugbyrama - Le 27/07/2012 à 18:17
Finaliste du trophée Jean-Prat en juin dernier, Massy n'a eu que peu de temps pour préparer sa saison en Pro D2. Le promu aborde cette nouvelle année à l'étage supérieur sans complexe et sans pression avec pour objectif le maintien. Et pourquoi pas plus ?
 

Cet été, Massy a changé de dimension. Finie la Fédérale 1. Place à la Pro D2. Le club a dû s'adapter. À commencer par la préparation qui a évolué par rapport à la saison dernière. "L'an dernier, nous étions passés à deux doigts de la montée en Pro D2. Nous avions commencé plus tranquillement pour évacuer cet échec. Cette année, nous sommes rentrés directement dans le dur", a indiqué le demi de mêlée Grégory Coudol. Les Massicois n'ont pas de temps à perdre, puisqu'ils ne disposent que de cinq semaines pour se préparer aux joutes de la deuxième division. Dans ces conditions, le club de l'Essonne s'organise. Les entraînements sont courts mais intenses. Surtout, ils s'enchaînent à une vitesse folle. De 8h30 à 14 heures, les joueurs doivent avaler pas moins de quatre séances. Un fonctionnement en journée continue voulue par l'encadrement. "Nous souhaitions faire quelque chose de très intensif. Ensuite, nous voulions que les joueurs puissent se reposer. Enfin, la dernière raison est la chaleur", a expliqué Frédéric Grossi, le manager de l'équipe.

Grossi: "Ce sont des gens qui n'attendent que ça"

Malgré ce lourd programme, les joueurs s'investissent. "Ils sont très motivés et très impliqués", a précisé Grossi. Tous auront pour seul et même objectif le maintien du club de l'Essonne en Pro D2 même si Frédéric Grossi veut voir plus loin: "Nous sommes même optimistes pourquoi pas être dix ou onzièmes ?". Alors que le début du championnat est encore loin (première journée le 25 août), les joueurs sont impatients de découvrir l'antichambre de l'élite et notamment ceux formés au club: "Sur un effectif de quarante joueurs, une vingtaine a joué dans les catégories jeunes. Ce sont des gens qui n'attendent que ça", a affirmé le manager.

Quand certains vont découvrir ce championnat, d'autres vont le retrouver à l'image du demi de mêlée Gregory Coudol. Le joueur qui a connu le Pro D2 à Blagnac et au Racing-Metro est conscient que la deuxième division a bien changé. "Je l'ai quittée il y a cinq ans et j'ai limite l'impression qu'il s'agissait d'un autre monde. Les joueurs sont beaucoup plus athlétiques, les infrastructures de chaque club ont énormément évolué", a constaté Coudol. Pour faire face à cette concurrence de plus en plus féroce, Massy a décidé de miser sur la continuité. "Nous allons garder les même aptitudes de jeu c'est à dire marquer des essais et essayer de jouer un rugby le plus ambitieux possible", a affirmé Frédéric Grossi. Conscient de la difficulté de la tâche, le manager a avoué aussi qu'il faudra être réaliste: "Après si il faut scorer, nous marquerons". Le maintien en Pro D2 est peut-être à ce prix.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×