Pro D2

Levast: "A Bourgoin, nous avons trouvé un second souffle"

Après la validation du budget de la saison précédente par le tribunal de commerce de Vienne, le deuxième ligne Camille Levast, figure emblématique de Bourgoin, veut croire en l’avenir du club dans le monde professionnel. Et assure que les joueurs, après avoir manifesté, sont derrière le CSBJ.

 
Un second souffle au CSBJ - Rugby - Pro D2Icon Sport
 

Quelles sont les nouvelles ?

Camille LEVAST: Nous sommes au lendemain d’une grosse journée pour le club, qui fut marquée par le passage du club au tribunal de commerce de Vienne. Celui-ci a validé le précédent budget, et assuré que les finances du club étaient saines. Cette décision nous a fait le plus grand bien. Nous avons trouvé un second souffle. Aujourd’hui, les joueurs se sont rangés du côté du club. Le projet Pro D2 démarre.

On sent que ce verdict vous a redonné espoir...

C.L.: Voilà deux mois et demi que le club de Bourgoin a validé son billet en Pro D2 sur le plan sportif. Le projet Pro D2 a été lancé, le recrutement a été effectué. Par deux fois, des instances (FFR et CNOSF) ont fait barrage à ce projet. Les joueurs ont vécu ces deux mois dans un stress insoutenable. Lundi, l’incompréhension est arrivée à son comble. D’un côté, les instances nous expliquait que le club était relégué, de l’autre, les dirigeants nous assuraient qu’ils avaient fait ce qu’il fallait. Ce passage devant le tribunal de commerce était très attendu par tous les joueurs, qui voulaient en avoir le cœur net. C’est chose faite. Les chiffres sont là. Aujourd’hui, nous voulons nous battre avec le club pour aborder normalement ce championnat de Pro D2.

Comment s’est manifesté ce "second souffle" dont vous parlez ?

C.L.: Par la reprise normale des entraînements, qui a eu lieu ce mercredi matin. Juste avant, nous avons eu une mise au point avec les dirigeants.

Que vous ont-ils dit ?

C.L.: Leur message est clair, et tient en ceci: "On ne vous a pas menti. Tout ce que l’on vous a dit a été validé par le tribunal de commerce. Les finances sont saines, le club est viable, vous serez bien payés".

Quelle a été la réponse des réponses des joueurs ?

C.L.: "En avant toute !"

Les joueurs ont déjà frappé du poing sur la table en début de semaine en brûlant des pneus devant Pierre-Rajon. Allez-vous poursuivre vos actions ou simplement vous concentrer sur le sportif ?

C.L.: Notre action a été forte, et elle va le rester. Les joueurs vont rester mobilisés et particulièrement vigilants sur la gestion du club. Nous n’allons pas relâcher la pression sur le club. Nous restons tout de même tendus.

Que faut-il changer dans le CSBJ ?

C.L.: Le club doit pouvoir compter sur un partenariat solide. Il y a tout pour réussir ici: un public formidable, une formation brillante... il faut que l’on puisse s’appuyer sur un partenaire solide, et ne plus attendre sur des investissements ponctuels. Nous devons anticiper davantage.

Même si elle positive, la décision du tribunal de commerce de Vienne reste symbolique. Seul le tribunal administratif peut briser la décision de la FFR et du CNOSF...

C.L.:Le club vit, et les dirigeants vont chercher à obtenir coûte que coûte le maintien du club en Pro D2. S’il faut passer par le tribunal administratif, nous le ferons. La constitution du dossier est en cours.

Si l’on envisage le scénario catastrophe, Bourgoin sera relégué dans le monde amateur...

C.L.:A l’heure actuelle, ce scénario n’est pas envisageable. Le club s’est maintenu sportivement en Pro D2, et il a été déclaré financièrement viable. Donc...

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |