Pierre-Alexandre DUT - Auch - Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

Dut : "Je me prends moins la tête"

Dut : "Je me prends moins la tête"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/07/2011 à 13:15 -
Par Rugbyrama - Le 21/07/2011 à 13:15
Quatrième meilleur réalisateur du championnat de Pro D2 l’an passé (avec 309 unités), le demi d’ouverture Pierre-Alexandre Dut connaît une seconde jeunesse avec Auch. Lucide quant aux ambitions du club gersois pour la saison prochaine, il admet aussi avoir changé depuis son départ de Grenoble.

Vous avez repris l’entraînement ce lundi avec Auch. Où en êtes-vous physiquement ?

Pierre-Alexandre DUT. Je me sens plutôt bien. Nous avons eu une grosse coupure (six semaines, ndlr), cela a fait beaucoup de bien dans la tête. Et quand ça fait du bien dans la tête, ça se répercute sur les jambes. J’ai pu profiter de mes proches, en Bourgogne. Là, ce n’est que le début de la reprise, ce n’est pas trop compliqué. Mais ça va monter crescendo.

Le FCAG a terminé sixième l’an dernier. Pourquoi pas faire mieux cette saison ?

P-A D. Cela fait un peu cliché, mais pour le moment, nous visons le maintien. Il faut être lucide. L’an passé, nous avions l’un des plus petits budgets de Pro D2. Cette saison, nous avons le plus petit. Alors nous allons essayer de pérenniser le club dans le championnat. Et après, nous verrons bien. L’an dernier, nous avions acquis le maintien tôt dans la saison, et nous avions pu nous offrir une belle deuxième partie de saison.

Vous avez terminé quatrième meilleur réalisateur de ProD2 l’an passé (309 points). Est-ce une revanche par rapport à votre ancien club, Grenoble, avec lequel vous étiez en difficulté ?

P-A D. Je ne dirais pas que c’est une revanche par rapport à Grenoble. Je dirais que j’ai pris sur moi. A Grenoble, j’ai connu deux années de galère. Cela ne marchait pas bien. Aujourd’hui, j’ai 26 ans, et je pense avoir atteint une sorte de maturité. Je ne me mets pas de pression particulière. Et je me prends beaucoup moins la tête. J’ai simplement envie de réussir une bonne saison, comme l’an passé.

Le président de l'association, Éric Belooussoff, devait vous payer un bon restaurant si vous franchissiez la barre des 300 points… Il l’a fait ?

P-A D. Pas encore ! (rires) Mais j’espère bien !