Midi Olympique
 
Pro D2

La Rochelle se rapproche

La Rochelle se rapproche

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 12/05/2010 à 15:17
La Rochelle jouera samedi sa quatrième demi-finale de Pro D2 consécutive. Grâce à sa victoire contre Oyonnax le week-end dernier, 6 à 9, les Maritimes ont arraché le droit de recevoir la demie à Marcel-Deflandre. Pour une place en finale, tout reste à faire face à des Oyonnaxiens revanchards.
 

"C’est indéniablement un avantage de jouer cette demi-finale sur nos terres. Avec ce public extraordinaire qui va pousser derrière nous, qui va nous donner ce petit surplus dans les moments difficiles, nos joueurs trouveront de quoi se surpasser". David Darricarrère, entraîneur adjoint du Stade rochelais, confirme que son équipe ne s’est pas arrachée pour rien ce week-end, en battant les Oyonnaxiens chez eux (ils n’avaient plus perdu depuis deux ans et 33 matchs sur leur pelouse) sur le score de 6 à 9. A la veille d’aborder les phases finales de ce championnat de Pro D2, le premier bilan du club maritime est d’ores et déjà positif selon l’entraîneur Serge Milhas : "Nous sommes la seule équipe à avoir pris des points lors de tous les matchs. Nous terminons le championnat avec 94 points, c’est une belle performance."

Si proches et si loin à la fois

Pas de quoi s’enflammer cependant alors que se profile la quatrième demi-finale du Stade rochelais en quatre ans. L’an passé, le club avait chuté de peu contre Albi au terme d’un match serré et tendu (15-15, victoire des Albigeois aux pénalités). Alors cette année, même si l’humeur est à l’optimisme, la prudence est néanmoins de rigueur : "Nous n’avons peut-être jamais été aussi près" admet David Darricarrère. Avant de rajouter : "Mais nous sommes encore si loin en même temps. Surtout avec les matchs couperets qui arrivent. Avant de parler d’une éventuelle montée ou d’une finale, il y a une demi-finale à jouer ce samedi contre un adversaire redoutable. On verra après." Le staff s’efforce clairement de mesurer l’euphorie qui règne autour du stade Marcel-Deflandre, l’enceinte rochelaise qui se prépare doucement mais sûrement à l’ambiance des phases finales.

Un marathon éprouvant

Et préfère recentrer les troupes sur le terrain et sur le combat qui les attend, contre des Oyonnaxiens remontés et revanchards, après s’être fait chiper sur le fil "leur" demi-finale devant leur public. Au menu, vigilance et sérieux : "Il faudra entrer sur la pelouse avec une concentration maximale, une détermination exceptionnelle", exhorte l’entraîneur des arrières. Qui calme le jeu lorsqu’on lui demande si un nouvel échec cet saison serait vécu comme un traumatisme par le club : "Non pas du tout. Le club se construit au fil des années, la montée n’est pas une fin en soi. Le but est d’avant tout de pérenniser le club au sein du rugby professionnel. Objectif qui commence à être atteint avec notre présence en demi-finale pour la quatrième saison consécutive. Le Pro D2 est un marathon éprouvant et c’est déjà bien de se distinguer en terminant chaque année dans le peloton de tête." Un discours policé qui contraste avec les propos du président du club, Vincent Merling, juste après la victoire des Jaunes et Noirs dimanche dernier contre Oyonnax : "Nous n’avons pas demandé à la municipalité de faire des travaux pour avoir 5000 places supplémentaires et 25 loges dans le but de rester en Pro D2." Si certains espéraient se contenter d’une place dans le dernier carré, le message de la hiérarchie est clair.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×