Midi Olympique
 
Pro D2

La bagarre des "petits"

La bagarre des "petits"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 27/08/2009 à 16:41
Dernière partie de notre présentation du championnat du Pro D2, qui débute ce samedi, avec les clubs qui devraient se bagarrer pour le maintien selon le sondage Midi Olympique réalisé auprès des entraîneurs et des joueurs. Tous rêvent de déjouer les pronostics.
 

Auch

Difficile de tirer un trait sur la saison passée. Un exercice marqué par des problèmes financiers récurrents et des résultats sportifs en demi-teinte. Avec onze victoires et dix-neuf défaites, le club gersois avait terminé à la douzième place, son plus mauvais résultat dans un championnat où il a l'habitude de jouer les premiers rôles. Le FCAG peut-il retrouver sa place parmi les ténors ? Selon le sondage Midi Olympique, les acteurs du Pro D2 n'y croient pas beaucoup. Il est vrai que les Auscitains ont perdu beaucoup d'élements lors de la dernière intersaison et ils n'ont pas pu faire des folies sur le marché des transferts. Le nouveau duo d'entraîneurs Patat-Sarraute devra miser sur la fibre gersoise pour tirer le maximum de leur groupe.

Colomiers

La saison dernière, Colomiers a réussi à se maintenir sans être réellement en danger même si la dernière ligne droite a été délicate. Le club haut-garonnais veut continuer à grandir doucement pour éviter de connaître une nouvelle descente en Fédérale 1. L'USC a donc misé sur la stabilité lors de la dernière intersaison avec peu de mouvements que ce soit au rang des départs ou des arrivées. Roland Pujo pourra néanmois s'appuyer sur des joueurs comme Sébastien Bortolucci ou Frédéric Couzier qui ont connu le Top 14 lorsqu'ils évoluaient à Auch. Avec un peu plus de constance, les Columérins pourraient quitter le dernier tiers du classement.

Tarbes

C'est certainement la grosse surprise du sondage Midi Olympique. Tarbes, qui a terminé à la septième place du dernier exercice, n'est toujours pas considéré comme un adversaire dangereux par les autres formations. Les Bigourdans ont été cités à dix reprises parmi les futurs relégués. Le TPR paie certainement un manque de stabilité qui s'est une nouvelle fois confirmé lors de la dernière intersaison avec le départ des entraîneurs Tine Martinez et Frédéric Bodin. Malgré cela, les Tarbais paraissent avoir les armes pour se maintenir en Pro D2.

Aix-en-Provence

Difficile de se faire une place au soleil du Pro D2 quand on arrive juste de Fédérale 1. La saison dernière, Bourg-en-Bresse n'a jamais pu combler le fossé qui sépare les deux divisions. Blagnac a aussi été victime de ce grand écart. Mais Aix-en-Provence connaît déjà l'anti-chambre du Top 14 et le club provençal peut compter sur son entraîneur, Gilbert Doucet, pour éviter quelques erreurs de débutant. De son côté, le président Lucien Simon assure que sa formation arrive à cet échelon avec davantage de moyens. Aix-en-Provence ne veut pas vivre dans la peau d'un condamné.

Lannemezan

Lannemezan est la grande inconnue de ce championnat. Jamais le CAL (Cercle Amical Lannemezannais) n'a évolué en Pro D2. S'y maintenir relèverait de l'exploit et tout le monde en est bien conscient. Pour autant, l'entraîneur Marc Dantin pourra s'appuyer sur des recrues qui possédent l'expérience de niveau. Lafforgue arrive d'Agen, Duffard a défendu les couleurs de Blagnac puis celle d'Auch, Pochelu a montré ses talents de buteurs au Racing-Metro puis à Béziers. Bourdin était un cadre du paquet d'avants narbonnais, sans oublier la colonnie d'anciens palois (Costanzo, Guiho, Mouret, Miro).

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×